Sur la photo, de gauche à droite, Michael Cloutier Boutin, Reuben Bird, Samuel Sigouin, Yann Doyon, Danny Brisebois, Jordan Trifiro Rodrigue et Anabelle Côté (absent de la photo : Pierre-Luc Fauteux).
Sur la photo, de gauche à droite, Michael Cloutier Boutin, Reuben Bird, Samuel Sigouin, Yann Doyon, Danny Brisebois, Jordan Trifiro Rodrigue et Anabelle Côté (absent de la photo : Pierre-Luc Fauteux).

SAVO passe à la prochaine étape

Le SAVO fait un grand pas vers l’avant. L’entreprise sherbrookoise acquiert une usine de production de gelato et de sorbet et prépare aussi le lancement de sept nouvelles saveurs SAVO en épicerie.

Tout juste avant que la crise de la COVID-19 ne fasse des siennes, les propriétaires Yann Doyon, Danny Brisebois et Pierre-Luc Fauteux ont fait l’acquisition d’une usine de production de près de 4 000 pieds carrés, située dans le parc industriel de Sherbrooke.

« On a racheté une usine qui faisait déjà de la production pour ce même type de produit, souligne Yann Doyon. Une usine veut dire de la grosse production, ce qu’on n’aurait jamais pu faire avec notre restaurant. On peut produire pour les crèmeries de la région. Le but ultimement est de faire de la grosse production. On travaille là-dessus pour signer des contrats. On a la place et les équipements pour le faire. »

Dans le cadre de ce projet, SAVO collabore avec des entreprises locales, soit Faro pour le gelato au cappuccino glacé, Agropol pour différents sorbets, ainsi que l’Érablière Bury pour le gelato à la tire d’érable. D’autres associations sont actuellement en négociation.

L’usine est déjà prête à commencer la production.

« La plus grosse problématique pour l’instant c’est l’emballage à cause de la COVID, résume M. Doyon. Aussitôt qu’on reçoit le matériel, ça ne prendra pas deux semaines et on sera dans les épiceries. »

SAVO annonce également que Agropol sera maintenant responsable de la confection des menus.

« Nous offrirons d’excellents produits végétariens et végans, indique Yann Doyon. On pense avoir maintenant la meilleure équipe qui soit pour faire avancer tous nos projets. On est une gang qui se complète parfaitement. »

Quant au restaurant SAVO, situé au Marché de la Gare, l’équipe attend toujours de connaître le scénario envisagé par le gouvernement Legault pour la réouverture des restaurants et des bars.

« Les gens ne peuvent pas aller prendre de la nourriture, mais ils peuvent y aller pour du gelato et des cafés. »