Éric Laroche

Rue Wellington Sud: le Groupe Laroche veut profiter du «momentum»

Le Groupe Laroche entre dans la danse et fait part de son intérêt à déposer un projet pour le développement du Quartier Well inc. Sans projet précis pour le moment, le groupe promoteur souhaite discuter rapidement avec la Ville de Sherbrooke pour connaître les prochaines étapes du dossier.

Le Groupe Laroche est notamment connu pour son concept de quartiers commerciaux, comme le Quartier Université ou le Quartier Santé, qui regroupent une station-service, un lave-auto et des restaurants. Son intention d’investir au centre-ville survient à la suite du retrait du projet du consortium privé qui prévoyait la reconstruction du stationnement à étages de la rue du Dépôt, l’aménagement d’une place publique et la construction de deux édifices de cinq et dix étages.

Lire aussi: Un fiasco, dit Vincent Boutin

« Nous souhaitons que le conseil municipal confirme sa vision de développement pour le secteur et précise les conditions et avantages qu’il entend déployer pour favoriser les investissements privés, notamment les programmes incitatifs », commente le vice-président du Groupe Laroche, Éric Laroche.
M. Laroche avance avoir toujours eu un intérêt pour le centre-ville. « Nous avons été pas mal les premiers à investir au centre-ville pour la transformation de la vieille gare. Donc oui, nous avons un intérêt. »

Le groupe ne s’était pourtant pas manifesté jusqu’à maintenant pour revitaliser la rue Wellington Sud. « Ça prend une volonté politique et un momentum. Nous ne pourrions pas décider tout seuls de lever ça. Maintenant, les astres sont alignés. »

Des points à éclaircir

Éric Laroche avoue ne pas avoir concocté de projet parce que les dés semblaient jetés avec le consortium privé.

« S’il y avait eu un appel de projets, nous aurions été intéressés. Quand la Ville dit qu’elle est prête à investir et à relocaliser ses services de développement économique, c’est une base solide et concrète. Avant, ce n’était pas clair à ce point. Ça prend des mesures du genre et d’autres incitatifs. Il y a des choses à éclaircir, mais le momentum est là. »

M. Laroche dit qu’il est trop tôt pour proposer un concept précis. « Il faut un projet multiusage avec des commerces, des bureaux et du logement pour créer un milieu de vie et qu’à 17 h, le centre-ville ne soit pas vide. Peut-être que le concept pourrait être phasé différemment. Nous ne sommes pas rendus à faire des projections, parce que nous ne nous attendions pas à ce revirement. »

Il faudrait probablement quelques mois pour présenter des maquettes et des projections financières. « Il faut connaître les paramètres avec lesquels on travaille. Après, il faut s’approprier le milieu et arriver avec une maquette. Nous pourrions avoir quelque chose pour l’été. »

Éric Laroche veut prendre rendez-vous avec le maire Steve Lussier. « Pour le moment, on voulait simplement dire que nous sommes là. Nous sommes à l’aise de faire une proposition à côté d’autres groupes. Je trouve que c’est sain. La meilleure proposition l’emportera. »

Le Groupe Laroche tentera aussi de valider l’intérêt d’éventuels partenaires. « Nous voulons parler à SherWeb et nous verrons à travers notre réseau si d’autres partenaires peuvent se joindre à nous. »
Rappelons que Philippe Dusseault, des Immeubles Must Urbain, a déjà dévoilé son intention de déposer un projet qu’il évalue à 50 M$ et qui compterait deux bâtiments de cinq étages.