https://coopmonjournal.com/

Relance du Soleil: les employés de bureau et les représentants publicitaires appuient la coop

Au tour des employés de bureau et des représentants publicitaires du Soleil d’investir dans la création d’une coopérative de solidarité pour racheter le quotidien et assurer sa survie. Leurs syndicats, forts d’un appui unanime, injectent 55 000 $ dans l’aventure.

Réunis en assemblée générale spéciale mardi midi, les membres du Syndicat des employé•e•s de bureau du Soleil (SEBS-CSN) ont voté d’un bloc pour un paiement de 50 000 $. Ils espèrent ainsi envoyer un message fort à la population et à la communauté des affaires que les travailleurs ont foi dans ce projet de relance des activités du journal fondé en 1896.

La somme décaissée s’ajoute aux 150 000 $ déjà promis par les employés de la rédaction du Soleil. Ainsi qu’aux quelque 5000 $ remis par le Syndicat des conseillers publicitaires il y a quelques jours.


À LIRE AUSSI :

- Les employés de la rédaction du Soleil appuient leur coop en y versant 150 000 $

- Les employés de GCM comptent déposer une offre pour le groupe de presse


«Je suis enthousiasmé par la réponse que les membres ont offerte à leur exécutif syndical», a déclaré le président du SEBS, Stéphane-Billy Gousse. «Et c’est plein d’espoir que j’entrevois les prochaines étapes à venir.»

«On est là pour appuyer notre journal et pour appuyer notre coopérative», ajoute la présidente du Syndicat des conseillers publicitaires du Soleil, Gisèle Roy. «On appuie le projet et on espère que ça passer.»

2 millions $

Les nouvelles contributions s’additionnent donc aux nombreuses autres reçues au Soleil, mais aussi dans les 5 autres journaux du Groupe Capitales Médias. La semaine dernière, le comité provisoire mis en place pour donner vie à la structure coopérative a annoncé avoir reçu des engagements de 2 millions $ pour le démarrage des nouvelles entités médiatiques de Québec, Ottawa/Hull, Sherbrooke, Granby, Trois-Rivières et Saguenay.

Nouvel échéancier

Groupe Capitales Médias étant sous la protection de la loi, c’est le tribunal qui décidera au final si la proposition des travailleurs est retenue ou si l’entreprise est cédée à un autre acquéreur.

Mardi, le président exécutif intérimaire nommé par le syndic de faillite, Stéphane Lavallée, a confirmé que les finances de la compagnie se portent mieux que prévu initialement. Ce qui lui permet de répondre favorablement à une requête soumise par certains de trois acheteurs toujours en lice, soit étirer les délais pour déposer des dossiers plus étoffés. Les offres finales devaient être reçues avant ce vendredi. Elles pourront finalement être remises d’ici le 7 novembre. La Cour entérinera une éventuelle cession le 20 novembre. La transaction finale suivra au cours de la semaine suivante.


La campagne «Je coopère pour mon journal» permet aux personnes, organisations et entreprises qui le souhaitent de contribuer au projet via la plateforme web coopmonjournal.com.