La Trifluvienne Julie Gervais est à l’origine du recours collectif relatif aux problèmes attribuables à l’implantation du nouveau système de gestion de la clientèle de Cogeco.

Recours collectif contre Cogeco: déjà plusieurs centaines d’inscriptions

TROIS-RIVIÈRES — Des centaines de personnes qui se disent victimes du nouveau système de gestion de la clientèle de Cogeco ont décidé d’imiter la Trifluvienne Julie Gervais et se sont inscrites au cours des dernières heures au recours collectif évalué à 35 millions de dollars intenté contre l’entreprise.

Selon des informations obtenues en fin de journée mercredi auprès de la firme montréalaise Lambert Avocat, qui a déposé le recours devant la Cour supérieure en début de semaine, près de 800 personnes ont signifié jusqu’à maintenant qu’elles vivaient ou ont vécu une situation similaire à celle de la dame à l’origine de l’action collective. Montants facturés en trop, longs temps d’attente avant de pouvoir s’entretenir avec un représentant et interruption de services, la liste des choses que ces personnes reprochent à l’entreprise est longue, selon Me Jimmy Lambert, l’avocat ayant accepté de s’occuper de ce recours. Par ailleurs, un grand nombre de plaignants proviennent de la région selon l’avocat.

De son côté, Mme Gervais avoue qu’elle a décidé de faire appel à Me Lambert sous le coup de la colère. Elle confie qu’elle ne savait pas trop dans quoi elle s’embarquait. Il n’était cependant pas question pour elle de laisser les choses aller, d’autant plus qu’elle n’a pas le choix de rester avec Cogeco, car l’entreprise est la seule à offrir le service qu’elle désire dans son secteur.

«Ç’a commencé dès que j’ai reçu ma première facture en juillet dernier. L’installation devait être gratuite et elle m’a été facturée. Les frais mensuels devaient être de 106 $ plus taxes et ils étaient plutôt de 160,99 $ plus taxes», raconte-t-elle avant de préciser que des erreurs du genre se sont répétées tous les mois suivants.

Afin que Cogeco remédie à la situation, elle a dû appeler à une douzaine de reprises au service à la clientèle de l’entreprise. En tout, elle estime avoir passé une quarantaine d’heures à attendre qu’on lui réponde ou à discuter avec un représentant afin d’expliquer sa situation. Elle s’est également rendue à quelques reprises au kiosque de l’entreprise situé au centre commercial Les Rivières pour obtenir réponse à ses questions. Là aussi, elle a dû attendre plusieurs heures comme les autres personnes qui étaient en file.

«J’étais en arrêt de travail cet été en raison d’un accident de voiture en avril dernier, alors j’avais le temps d’attendre. Ça pouvait prendre deux heures des fois. Et c’est arrivé deux fois que ça a raccroché. Quelqu’un qui travaille n’a pas tout ce temps à perdre», indique-t-elle.

Appelée à commenter ce recours collectif, l’entreprise a répondu par courriel. «L’excellence du service à la clientèle est au cœur des priorités de Cogeco Connexion. Étant donné qu’il s’agit d’un recours qui suivra son cours dans un contexte judiciaire, il n’est pas approprié pour Cogeco Connexion de commenter autrement et publiquement ce dossier actuellement. Nous sommes déterminés à poursuivre nos efforts soutenus afin de toujours mieux servir nos clients», peut-on lire dans le message transmis au Nouvelliste.

Par contre, Cogeco a reconnu certains de ses torts relativement à ce dossier dans son dernier rapport annuel. L’entreprise admet également qu’elle a perdu 70 000 clients depuis la mise en place de son nouveau système de gestion de la clientèle. Elle précise cependant que ce système est sur le point d’être stabilisé.

Une Somme qui se justifie

Selon Me Lambert, la réclamation de 35 millions de dollars se justifie en vertu du nombre de clients qui auraient subi un préjudice – autant ceux qui ont mis fin à leur association que ceux qui utilisent encore les services de Cogeco –, des montants qu’ils ont payés en trop et qui ne leur ont pas été remboursés ainsi que le temps qu’ils ont dû consacrer afin d’essayer de se sortir de ce bourbier. Par ailleurs, le juriste soutient que les évaluations qu’il a effectuées en préparation de la requête lui permettent de conclure que Cogeco a perdu environ 35 000 clients en raison de ce fiasco.

«Le montant de 35 millions $ n’est pas exagéré selon moi», poursuit-il.

Comme c’est généralement le cas dans le cadre d’un recours collectif, la firme de Me Lambert assume présentement tous les frais. Dans l’éventualité d’un règlement hors cour ou d’un jugement en faveur des requérants, elle obtiendra un pourcentage de la somme obtenue à titre de rémunération.

Les personnes voulant joindre le recours peuvent le faire en s’inscrivant en se rendant au https://lambertavocatinc.com/recours-collectif-cogeco/.