Mathieu Nuth et Nicolas Roy convient les Sherbrookois sur la rue Wellington Sud pour essayer la réalité virtuelle.

Réalité virtuelle et sensations bien réelles

Un premier centre de réalité virtuelle ouvrira ses portes à Sherbrooke. La franchise sherbrookoise des centres de divertissement MontVR, qui aura pignon sur la rue Wellington Sud dès le 15 novembre, permettra aux amateurs de sensations fortes d’affronter des zombies, par exemple, sans risque de se blesser ou encore de visiter différents recoins de la planète sans quitter la ville.

MontVR aura un local d’une superficie de 2500 pieds carrés qui sera divisé en dix stations. Le nombre de stations montera ultimement à douze. Le projet nécessite un investissement de 140 000 $ principalement pour l’acquisition d’équipement à la fine pointe de la technologie et les améliorations locatives. Environ cinq emplois, dont deux à temps plein seront créés.

Les deux associés derrière ce projet sont Mathieu Nuth, ingénieur civil et professeur à l’Université de Sherbrooke, et Nicolas Roy, comédien et technicien en travail social. Le premier, qui utilise déjà la réalité virtuelle dans l’enseignement, a l’expertise technique. Le deuxième, qui a un lien de parenté avec le cofondateur de MontVR, a détecté l’opportunité d’affaires.

« Il s’agira de la 8e succursale au Québec. La première dans la région. Les gens de tous les âges pourront louer une des stations pour vivre une expérience immersive », explique M. Nuth. 

Le client pourra soit visiter virtuellement des lieux sur la planète, soit choisir un jeu vidéo avec des décors à 360 degrés. Il sera possible pour les groupes de jouer en mode multijoueurs. Le tarif sera de 25 $ par heure ou 15 $ pour la demi-heure.

« Nos mots clés sont : immersion totale. Tout est en grandeur nature alors si tu vois une baleine de 30 mètres dans une visite des fonds marins, c’est que la baleine mesure vraiment 30 mètres. Et si la réalité est virtuelle, les sensations sont bien réelles », ajoute M. Ruth, précisant que les joueurs pourront sentir leur rythme cardiaque s’accélérer, avoir le vertige, crouler de rire ou se faire des peurs.

« On a beau savoir qu’on a un casque sur la tête et qu’on est en sécurité, on se fait quand même prendre au jeu », note M. Roy.

MontVR offrira différents services. « En plus de l’expérience offerte dans notre boutique, on aura un volet événementiel, donc on se déplacera dans les festivals, partys ou 5 à 7. On aura également un volet production, c’est-à-dire qu’on développera du contenu sur mesure. Un contenu qui pourrait être utilisé pour des fins éducatives ou promotionnelles », spécifie M. Roy.

Le premier centre MontVR, Mont pour Montréal et VR pour Virtual Reality, a vu le jour à Montréal, sur la rue Saint-Denis, en 2016. Les associés de Sherbrooke ont reçu l’aide de Pro-Gestion notamment pour la rédaction de leur plan d’affaires.