Abritant surtout des entreprises du secteur des TIC, l'Îlot Tourigny a accueilli de nombreux intervenants, travailleurs et politiciens vendredi. Sur la photo, on reconnaît Alan Kezber, président de Kezber, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, le cofondateur de La Gare, Louis-Philippe Maurice, ainsi que Gilles Bélanger, président-directeur général d'Îlot innovation et cies.

Quartier de l'innovation: des centaines de nouveaux postes à créer

L'heure était aux célébrations vendredi à l'îlot Tourigny, nouvelle place forte du secteur des technologies de l'information et des communications (TIC) à Magog. Les centaines d'emplois attendus durant les années à venir, dans le Quartier de l'innovation, ont su créer leur effet.
Construit au coût de 10 millions $, l'îlot Tourigny a accueilli vendredi plusieurs dizaines d'intervenants et de travailleurs du secteur des TIC ainsi que des élus locaux, dont le député d'Orford, Pierre Reid.
Comptant quatre étages, l'Îlot Tourigny est situé à l'angle des rues Saint-Patrice et Principale à Magog, au coeur du nouveau Quartier de l'innovation. Il abrite principalement des entreprises oeuvrant dans le domaine des TIC, mais certains commerces ont néanmoins leur place à l'intérieur.
La plus connue des entreprises installées sur place est sans doute Kezber. Une cinquantaine de personnes travaillent dans les bureaux de cette PME à Magog et ce nombre devrait croître de façon importante au cours des mois à venir, selon son président, Alan Kezber.
Devant les participants à l'inauguration du Quartier de l'innovation, M. Kezber a souligné qu'il avait démarré son entreprise dans un sous-sol de résidence alors qu'il habitait non loin de Magog il y a une vingtaine d'années. «Je crois que Magog est un endroit où il est assez facile d'attirer des ressources humaines», a-t-il mentionné pour expliquer le déménagement récent de sa PME de Sherbrooke vers le territoire magogois.
Également présent à l'Îlot Tourigny vendredi, le cofondateur de La Gare, Louis-Philippe Maurice, a pour sa part annoncé que cette organisation s'installera dans le nouveau bâtiment. La Gare est déjà implantée à Montréal, où ses locaux accueillent des événements, des entreprises en démarrage, des travailleurs autonomes, des formations et plus encore.
«On est super content de s'en venir ici, a déclaré M. Maurice. On sera entouré d'entreprises technologiques et c'est stimulant. Notre objectif, c'est de répondre aux besoins de la communauté locale.»
Des centaines d'emplois
Président-directeur général d'Îlot innovation et cies, Gilles Bélanger a affirmé que le nombre d'emplois dans le Quartier de l'innovation continuera à grimper rapidement. Il a évoqué la possibilité qu'un total de 700 nouveaux postes soient créés, dans un horizon de cinq ans, dans ce quartier. Près de 300 travailleurs oeuvreraient sur place actuellement.
«Je suis extrêmement satisfait de notre région, a commenté M. Bélanger. Nous avons fait une belle démonstration de collaboration entre le privé et le municipal», a-t-il noté, tout en saluant la besogne abattue par divers autres organisations, dont Magog technopole.
Quant à elle, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, a rappelé dans quel contexte la Ville de Magog avait décidé de miser sur le développement des TIC. «En 2009, on venait de perdre en quelques années entre 4000 et 5000 emplois industriels», a-t-elle souligné.
Mme Hamm a ajouté que les élus locaux n'auraient pas été en mesure de concrétiser seuls leur vision de développement. «Ça prenait des entrepreneurs qui croyaient à notre projet. Ça fait toute la différence quand on trouve ce genre de personnes», a-t-elle admis.