Le marché de l’emploi…d’ici 2030

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. ***

La COVID-19 a provoqué des bouleversements importants sur le marché du travail au cours de la dernière année. L’institut Brookfield pour l’innovation + entrepreneuriat de l’Université Ryerson a exploré les changements technologiques, sociaux, économiques, environnementaux et en a dégagé huit principales tendances qui sont susceptibles d’avoir une incidence sur le marché de l’emploi au Canada d’ici 2030.

La pandémie a considérablement accéléré la transition vers le télétravail. Les travailleurs ayant maintenant la flexibilité de travailler à distance, la population active pourrait ainsi ne plus être concentrée autour des grandes zones urbaines, note l’étude. À mesure que les employeurs deviennent plus à l’aise à gérer le personnel à distance, et dans un contexte de pénurie de main-d’oeuvre, cela pourrait faciliter l’embauche d’employés qui vivent dans d’autres régions ou même à l’étranger.

La COVID-19 a aussi amené les travailleurs à réévaluer leurs priorités personnelles et économiques pour se concentrer davantage sur la famille et les loisirs. Ils pourraient se satisfaire de moins d’heures de travail et de moins de revenus - les semaines de travail de quatre jours pourraient devenir la norme. Des concepts d’années sabbatiques à intervalles réguliers pourraient aussi émerger.

Les jeunes de la génération Z (les personnes nées entre 1996 et 2010) représenteront 30 % de la main-d’œuvre mondiale d’ici 2030. Il faut s’attendre à ce qu’ils soient davantage attirés par des entreprises socialement responsables qui tiennent pleinement compte des valeurs environnementales. Les stratégies de recrutement pourraient aller au-delà de la simple rémunération pour inclure des aspects tels que les politiques éthiques et les avantages liés au bien-être.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce