La propriétaire de l’Agence de voyages Mercedes, Mercedes Becerra, avoue que les gens aiment voyager au printemps.

Printemps tardif: impact chez les commerçants

L’arrivée tardive du printemps n’affecte pas trop les commerces saisonniers. Les agences de voyages et les crèmeries sont capables de tirer leur épingle du jeu même si l’hiver ne semble pas vouloir s’en aller de sitôt.

La propriétaire de l’Agence de voyages Mercedes, Mercedes Becerra, avoue que les gens aiment voyager au printemps. « Le mois d’avril est habituellement très bon en matière de voyages, mais cette année, c’est encore meilleur. Je pense que la météo nous aide. S’il neige, ça stimule encore plus les gens. Quelques flocons incitent les Québécois à partir », affirme-t-elle.

« C’est la meilleure période pour les prix, car partir au printemps coûte moins cher que partir en hiver », poursuit Mme Becerra.

Les Sherbrookois ont de nouvelles destinations préférées. « En Europe, c’est la Croatie. Le Portugal est aussi très populaire. Les îles méditerranéennes sont aussi prisées », analyse la propriétaire de l’Agence de voyages Mercedes.

Du côté de la Boutique du voyage, la propriétaire, Marthe Lecours, ne voit pas de différence par rapport aux dernières années. « Chez nous, c’est une saison normale. Les gens préparent leurs voyages d’été ou d’automne. Les gens partent souvent en Europe ou en Asie », affirme-t-elle.

Selon elle, les Sherbrookois profitent du congé pascal pour aller visiter les pays chauds. « Les gens aiment bien partir dans le temps de Pâques, car ils peuvent économiser des jours de vacances. De plus, il fait plus chaud dans le Sud lors du printemps », commente Mme Lecours.

Pas d’incidence sur la crème glacée

La Crèmerie de l’Est, qui est ouverte depuis le 24 mars, connait un bon début de saison, selon le propriétaire Claude Maheu. « Les affaires vont bien. Il ne fait pas beau et c’est plate, mais malgré la température, ça va bien. Avec la neige qu’il annonce en fin de semaine, on va peut-être prendre du recul. Actuellement, si je compare à l’an dernier, c’est mieux.»

L’arrivée d’une crème glacée molle à la mode contribue au succès de l’entreprise. « On a démarré un nouveau produit le 11 avril. C’est une crème glacée végane, sans lactose, sans gras, sans gluten, sans cholestérol et faible en calories. C’est un produit qu’on a découvert cet hiver, donc on a acheté une nouvelle machine. C’est une clientèle qui est ciblée. En deux jours, 400 personnes de plus nous suivent sur Facebook depuis cette annonce et une personne sur deux commande ce produit », résume M. Maheu.

Un peu plus difficile pour certains Centres jardin

Cependant, les commerces comme Jardin floral ressentent le printemps qui se fait tardif, selon le gérant Claude Pépin. « C’est à se demander ce qu’est le réchauffement de la planète. L’an dernier, nous étions fonctionnels le 7 avril, alors que cette année, nous sommes loin de l’être. On est un gros trois semaines en arrière. Comme il a plu cet hiver, l’eau a passé sous la toile et ça a fait geler certains végétaux. Ils sont pris dans la glace. Il va y avoir un impact quelque part », prévient
M. Pépin.

Est-il possible de se préparer à ces printemps tardifs? « Il peut y avoir des gestes posés, mais ils sont onéreux, ajoute M. Pépin. Chauffer les serres, ça coûte 750 $ par semaine. Les alternatives ne sont pas très larges. »

Aux Serres Saint-Élie, c’est l’effet contraire qui se fait sentir, se réjouit la copropriétaire, Mélanie Grégoire. « Les gens viennent prendre une bouffée de printemps. Ils se préparent et rêvent à l’été. Ils se procurent des fleurs d’intérieur. Ça retarde un peu notre début de saison, mais ça n’a pas d’impact sur l’achalandage du mois d’avril. Au travers les années, on a investi pour faire face à des printemps comme ceux-là », commente-t-elle.