Pénurie de relève : les stages seront rémunérés

COATICOOK - La pénurie de relève dans le domaine de l'aménagement paysager pousse des entreprises de la région à s'unir pour payer les stages des élèves en aménagement paysager du CRIFA de Coaticook. Ces derniers recevront 6000 $ au cours de leur formation.

Neuf paysagistes de la région offriront 15 $ l'heure pour les 400 heures de stage que les élèves doivent accomplir dans leurs entreprises, ce qui représente un montant de 6000 $.

«Le milieu de l'aménagement paysager a désespérément besoin de diplômés, confie Marie-Claude David, conseillère en communications à la Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC). Il y a une véritable pénurie de relève qui se fait déjà sentir. C'est pour cette raison que plusieurs paysagistes ont fait preuve de créativité pour attirer des élèves dans ce domaine au CRIFA.»

Comme la formation est d'une durée de 1053 heures, les élèves seront rémunérés pendant près de la moitié de leur formation. Le projet a été tenté pour la première fois avec un groupe d'élèves l'année dernière et les résultats ont porté fruit.

«La formule a été un franc succès, tant pour les élèves que pour l'employeur, remarque Mme David. Combiné avec la pénurie de relève, c'est ce qui a poussé des paysagistes de Magog, Sherbrooke, Saint-Denis-de-Brompton et Stanstead à embarquer dans le projet.»

Rappelons que pour tenter de remédier à la pénurie de main-d'œuvre qui frappe le domaine de la mécanique automobile, un projet pilote de formation rémunérée à 100 pour cent verra le jour à l'automne au CRIFA de Coaticook. Les élèves seront payés 14 $ de l'heure, qu'ils soient en classe ou en compagnonnage dans un garage de la région, en plus de se voir garantir un emploi au terme de la formation.

Ce projet pilote prévoit représente une somme de 25 000 $ au terme des 1800 heures de formations données sur une période de deux ans.