Si l’initiative du Panier Bleu a été extrêmement bien reçue par la population, le vrai défi du portail sera vraisemblablement l’après-pandémie.
Si l’initiative du Panier Bleu a été extrêmement bien reçue par la population, le vrai défi du portail sera vraisemblablement l’après-pandémie.

Panier Bleu, enfin la bonne solution?

À travers, les années, une longue liste d’initiative semblable à celle du Panier Bleu ont tenté de créer un portail de vente pour les produits québécois. Elles ont toutefois toutes un point en commun, celui de ne pas avoir réussi à s’imposer face aux géants technologiques.

Est-ce que cette fois-ci sera différente? Il y a de bonnes chances selon Charles-Olivier Mercier, directeur général de Commerce Sherbrooke et de Pro-Gestion Estrie.

Selon M. Mercier, le Panier Bleu part avec de bonnes bases.

« Il y a un conseil d’administration très respectable, soutient-il. C’est un organisme reconnu par le gouvernement du Québec qui sera probablement bien soutenu et bien financé. »

Si l’initiative a été extrêmement bien reçue par la population, le vrai défi d’un portail comme le Panier Bleu sera l’après-pandémie.

« Peut-être que dans le moment avec la conscience sociale les gens vont aller directement sur le Panier Bleu pour s’acheter des chaussures, mais éventuellement les gens vont aller dans Google et ils vont regarder ce qui est le moins cher, explique-t-il. Si le Panier Bleu est bien référencé et qu’il sort en haut de la liste, ça peut marcher, c’est ça qui est important. »

« Toutes les autres patentes à gosse qui ont été créées au Québec, bien souvent ça ne sortait pas sur Google, lance M. Mercier. Amazon et Ebay sortaient bien avant. Nos entreprises sortaient en 3e page, c’est fini tu es out, c’est game over, tu n’existes même pas. »

Commerce Sherbrooke entend bien évidemment jouer le jeu et inscrire un maximum d’entreprise sherbrookoise dans le portail.

« On va souhaiter que ça marche », résume M. Mercier

Pour Isabelle Gagnon, propriétaire de l’entreprise Quatorze Communications à Sherbrooke, le Panier Bleu ne doit pas déroger de sa mission première s’il souhaite perdurer dans le temps.

« Il faut que ça reste un passeur de puck, image-t-elle. Pour l’instant ça semble l’être, mais est-ce que ça va le rester? Il faut que ça dirige la clientèle. »