Si tout se passe comme prévu, la terrasse du restaurant Vieux Saint-Charles à Drummondville ouvrira le jeudi 4 juin conformément aux règles de distanciation sociale.
Si tout se passe comme prévu, la terrasse du restaurant Vieux Saint-Charles à Drummondville ouvrira le jeudi 4 juin conformément aux règles de distanciation sociale.

Ouvrir sa terrasse « avec ou sans permission »

SHERBROOKE — Voyant des tables à pique-nique être installées dans les centres-villes pour favoriser la formule take-out, des restaurateurs décident d’ouvrir leurs terrasses sans avoir eu la permission officielle du directeur de la santé publique.

C’est le cas de Laurent Proulx, ancien conseiller municipal à la Ville de Québec et désormais propriétaire du restaurant Vieux Saint-Charles à Drummondville, qui a annoncé l’ouverture de sa terrasse au courant de la semaine « avec ou sans la permission d’Arruda ».

« J’annonce que je vais ouvrir ma terrasse avec des tables distanciées dès jeudi cette semaine. Elle sera en ‘‘apportez votre vin’’ conformément au permis que nous avons », pouvait-on lire sur sa page Facebook.

Rappelons que la Ville de Drummondville transforme son centre-ville en terrasse géante du vendredi au dimanche afin de permettre aux résidents de manger un repas et de consommer de l’alcool dans le but d’encourager les restaurateurs locaux.

Celui qui est situé un peu plus loin, sur le boulevard Foucault à Saint-Charles, indique ne pas pouvoir en profiter et souhaiterait que l’on mette fin aux injustices qui mettent en péril l’avenir de plusieurs restaurateurs québécois.

« Le gouvernement tolère des milliers de personnes collées dans le centre-ville de Montréal, au cœur de l’épidémie, mais s’acharne à maintenir les commerçants dans un état de famine », dénonce l’homme d’affaires.

Respecter les consignes

L’Association Restauration Québec (ARQ) confirme que M. Proulx n’est pas le seul restaurateur décidé à faire fi des directives de la santé publique. L’ARQ explique comprendre la réaction du propriétaire de l’établissement drummondvillois, mais n’encourage pas ses membres à la désobéissance.

« Nous voyons chaque semaine énormément de restaurateurs mécontents sur les médias sociaux, mais on les encourage à respecter les consignes émises par le ministère de la Santé publique », indique François Meunier, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales de l’ARQ.

Celui-ci se dit satisfait des initiatives lancées par certaines villes d’aménager des espaces pour encourager l’industrie locale, mais s’inquiète toutefois pour la moitié de ses membres qui attendent encore le feu vert.

« Chaque semaine qui passe augmente la fragilité des perspectives d’avenir de nos restaurateurs. Si rien ne bouge, on évalue qu’environ 30 % des restaurants fermeront de manière définitive d’ici trois mois et 60 % d’ici six mois », explique M. Meunier.

Pour sa part, le restaurateur Laurent Proulx semble prêt à tenir tête à ceux qui l’empêcheraient de rouvrir sa terrasse comme prévu.

« Comme dirait [le chef d’entreprise] Elon Musk : vous viendrez m’arrêter si ça vous pose un problème », exprime-t-il dans sa publication Facebook.

L’ARQ dit ignorer si M. Proulx s’expose à des sanctions.