Ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie du Canada, Mélanie Joly croit néanmoins qu’il est encore possible de développer l’offre locale en matière d’agrotourisme et de restauration.

Ottawa mise sur le tourisme gourmand

Le tourisme gourmand connaît de belles années, en Estrie, et plusieurs tables d’ici rayonnent au-delà des frontières de la région. Ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie du Canada, Mélanie Joly croit néanmoins qu’il est encore possible de développer l’offre locale en matière d’agrotourisme et de restauration.

Mme Joly s’est notamment arrêtée au Manoir Hovey et à l’abbaye Saint-Benoît-du-Lac, deux lieux jouissant d’une réputation plus qu’enviable, lundi. Aux deux endroits, elle a eu l’occasion de discuter avec des représentants de l’industrie et d’en apprendre davantage sur l’offre gourmande de la région.

« Je sais qu’il y a une professionnalisation du tourisme en Estrie. Il existe une grande fierté localement par rapport à ce domaine-là. Et pour cause, parce que j’ai visité d’autres secteurs et tout le monde me parle de l’Estrie. C’est une bonne nouvelle, mais l’objectif c’est de voir comment on pourrait aller plus loin », explique la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie.

Dans son plus récent budget, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il entendait dépenser près de 60 millions $ de plus, en deux ans, afin de stimuler l’industrie touristique du Canada. Une somme de 10 M$ est réservée pour le Québec.

Pour dynamiser le secteur du tourisme gourmand dans la région, Mélanie Joly évoque l’idée de créer des « routes culinaires » et des événements mettant en valeur les produits locaux tout autant que les artisans estriens.

La ministre Joly mentionne qu’elle aimerait que davantage d’étrangers visitent l’Estrie tous les ans. Elle souligne à ce sujet que de nombreux touristes séjournent dans les trois capitales touristiques canadiennes, Toronto, Vancouver et Montréal. Or, si on avait la bonne approche, une plus grande proportion de ces touristes pourraient décider de sortir de ces villes durant leur séjour au Canada.

Directrice générale de Tourisme Cantons-de-l’Est, Francine Patenaude réagit très bien aux propos de la ministre. « Les gens qui voyagent veulent de plus en plus goûter aux produits du terroir. C’est une excellente nouvelle qu’on investisse dans ce créneau », lance-t-elle.

Jeux de la Francophonie

Par ailleurs, notons que Mélanie Joly a rencontré le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, lundi. Leur rencontre leur a permis de discuter une nouvelle fois du dossier des Jeux de la Francophonie, que la Ville de Sherbrooke désirerait tenir en 2021.

Les deux parties campent sur leur position en ce qui concerne le financement de l’événement, mais la ministre Joly estime que le dossier « évolue bien ».