Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Entosystem, basé à Sherbrooke depuis trois ans, utilise des technologies d’élevage d’insectes afin de transformer le gaspillage alimentaire en protéines écologiques à haute valeur ajoutée.
Entosystem, basé à Sherbrooke depuis trois ans, utilise des technologies d’élevage d’insectes afin de transformer le gaspillage alimentaire en protéines écologiques à haute valeur ajoutée.

Ottawa allonge 1,6 million $ pour Entosystem

Simon Roberge
Simon Roberge
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’entreprise Entosystem de Sherbrooke a reçu un bon coup de pouce du gouvernement fédéral. C’est un investissement de 1,6 million de dollars qui a été octroyé pour son projet d’économie circulaire agricole par la production de protéines entomologiques.

Entosystem, basé à Sherbrooke depuis trois ans, utilise des technologies d’élevage d’insectes afin de transformer le gaspillage alimentaire en protéines écologiques à haute valeur ajoutée. 

« On est vraiment content, 1,6 million $ ce n’est pas rien et ç’a été beaucoup de travail, mentionne Cédric Provost, cofondateur et PDG d’Entosystem. Il y a le montant, mais aussi d’être reconnu comme un leader en innovation technologique. On était vraiment à un moment crucial où il fallait continuer le développement pour rester compétitif à l’international. Ça tombe à point. »

Grâce à cet investissement fédéral octroyé via Technologies du développement durable Canada (TDDC), Entosystem pourra faire une vitrine technologique pour tester son projet à grande échelle.

« C’est de prouver que notre technologie fonctionne et c’est le tremplin pour bâtir notre usine à grand déploiement », précise M. Provost.

Entosystem emploie en ce moment 25 personnes dans son usine de démonstration de 40 000 pieds carrés sur la rue Comtois. Une nouvelle usine de plus ou moins 150 000 pieds carrés avec une soixantaine d’employés est dans les cartons. Ce projet nécessitera des investissements de 45 millions $.

C’est Élisabeth Brière, députée de Sherbrooke et secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles qui a fait l’annonce de cette aide fédérale.

 « Je suis vraiment fière de voir qu’à Sherbrooke, nous avons des entreprises comme Entosystem qui permettent de positionner notre ville, et par le fait même le Canada, comme un leader mondial en matière de technologies propres. Cela assure un futur durable à tous les Sherbrookois », a souligné la députée Brière.

Développement durable

Ce financement s’inscrit dans l’annonce récente du gouvernement du Canada d’un investissement de 55,1 millions de dollars dans 20 entreprises de technologies propres canadiennes via Technologies du développement durable Canada. Cet investissement permettra d’appuyer de petites et moyennes entreprises qui mettent au point des solutions innovatrices dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de limiter les répercussions sur l’environnement des méthodes conventionnelles d’exploitation minière et de soutenir les pratiques agricoles durables. 

En 2021, 11 entreprises canadiennes, dont neuf ont bénéficié d’un financement de TDDC, ont été élevées au rang des 100 meilleures entreprises de technologies propres au monde, selon le groupe Cleantech. 

Selon les données recueillies jusqu’en mars 2020, les entreprises soutenues par TDDC avaient généré des revenus annuels de 2,7 milliards de dollars, créé plus de 14 600 emplois et commercialisé 126 nouvelles technologies. Finalement, les technologies financées par TDDC réduisent chaque année de 19,3 mégatonnes de CO2 les émissions de gaz à effet de serre.