PDG des studios canadiens d’Ubisoft, Yannis Mallat s’est arrêté à l’école Du Phare rencontrer des élèves inscrits au programme Jeux vidéo et modélisation 3D. Il a ensuite présenté à des étudiants et diplômés en informatique ou génie informatique de l’Université de Sherbrooke la vision 2025 d’Ubisoft.

Opération charme d’Ubisoft à Sherbrooke

Le PDG des studios canadiens d’Ubisoft, Yannis Mallat, était de passage à Sherbrooke, mardi, et après être allé rencontrer des élèves de l’école Du Phare inscrits au programme Jeux vidéo et modélisation 3D, il a présenté à des étudiants et diplômés en informatique ou génie informatique de l’Université de Sherbrooke la vision 2025 d’Ubisoft et son lien étroit avec le développement économique et social du Québec.

La conférence offrait un aperçu de la montée en puissance de l’industrie du jeu vidéo. Elle dressait également un portrait des nouveaux modèles d’affaires et des marchés sur lesquels les studios canadiens d’Ubisoft comptent capitaliser pour accueillir, dans les univers vidéo développés au Canada, quelque 200 millions de joueurs actifs par mois à travers le monde. « Ça nous a pris 20 ans pour nous rendre à 25 millions de joueurs actifs par mois, on s’en donne six pour atteindre 200 millions, a précisé d’emblée M. Mallat. C’est vraiment très ambitieux, mais nous avons la stratégie qu’il faut pour y arriver. »

À lire aussi: Ubisoft Québec et Google associés pour les jeux vidéo en ligne [VIDÉO]

L’entreprise Ubisoft, qui compte près de 5000 employés à travers le Canada dont environ 4000 au Québec, aura besoin de ressources humaines pour réaliser ses grandes ambitions. En citant un rapport de l’Institut pour le Futur et de Dell qui prévoit que 85 % des emplois de 2030 n’existent pas aujourd’hui, M. Mallat a souligné l’importance de susciter l’intérêt des plus jeunes aux sciences et technologies. « Ce sont les jeunes du primaire et du secondaire qui seront à l’université et qui feront leur entrée sur le marché du travail en 2030 », note-t-il.

Le programme Ubisoft éducation prévoit 12 M$ entre 2015-2022 pour attirer davantage de jeunes vers les disciplines liées aux STIM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques).

Grâce au partenariat d’Ubisoft Éducation avec le Réseau Technoscience, des trousses numériques d’éveil à la programmation sont disponibles gratuitement dans toutes les régions du Québec. En Estrie, sept écoles primaires en ont déjà bénéficié en février 2019. Ce sont ainsi près de 300 élèves de la première à la sixième année qui ont été initiés à la programmation.

« Avec la plateforme en ligne Academos, les jeunes de 14 à 30 ans ont aussi accès aux profils de professionnels et peuvent poser des questions en lien avec leur choix de carrière. Aujourd’hui, 70 employés de nos trois studios québécois – Montréal, Québec et Saguenay — agissent à titre de cybermentors pour répondre à leurs interrogations et démystifier nos métiers. Depuis avril 2018, 867 jeunes de l’Estrie sont inscrits sur Academos et peuvent bénéficier de conseils avisés de professionnels », ajoute M. Mallat.

« Aussi, l’UdeS est un partenaire de longue date d’Ubisoft et un acteur de premier plan en Estrie pour former la relève technocréative », a déclaré M. Mallat.

Nouveaux marchés

Au Canada en 2018, 71 % des parents jouent aux jeux vidéo avec leurs enfants au moins une fois par semaine. Une tendance qui, comme l’explique M. Mallat, ne fera que s’accélérer au fur et à mesure que les plus jeunes générations deviennent parents à leur tour. « Quand on pense que le dernier Super Bowl a rassemblé près de 100 millions d’Américains, on peut imaginer que 200 millions, c’est comme tenir deux Super Bowl tous les mois! Aujourd’hui, nous parlons de eSport, mais bientôt nous parlerons de eSpectacle », a poursuivi M. Mallat, ajoutant que le jeu vidéo d’aujourd’hui est devenu une expérience de socialisation en continu où le joueur est libre de créer sa propre histoire dans un monde virtuel où tout est possible.

« Ce n’est plus la même histoire que dans le temps de Mario Bros où tous les joueurs avaient la même expérience et étaient en relation uniquement avec leur console, et non d’autres joueurs », note M. Mallat.

Pour atteindre les 200 millions de joueurs visés par mois, les studios canadiens d’Ubisoft miseront avant tout sur de nouvelles capacités technologiques comme le mobile, le streaming et le cloud gaming et de nouveaux marchés, comme celui de la Chine.