Lundi, lors d’une annonce d’aide financière des gouvernements aux entreprises CIBLE Solutions d’affaires et SOS Odeurs, Tania Bolduc, directrice artistique, Josée Samson, présidente de SOS Odeurs, Julie Fortier, conceptrice graphique, et Nathalie Ashby, présidente de CIBLE, ont expliqué leur travail.

Odeur de moufette : oubliez le jus de tomate

Quand un animal domestique est aspergé par de l’urine de moufette, plusieurs pensent au jus de tomate. Erreur, lance Josée Samson de la firme sherbrookoise SOS Odeurs.

« Non, le jus de tomate et le peroxyde, ce sont plus des recettes de grands-mères. C’est à déconseiller. Le jus de tomate, ce n’est pas bon pour le ph de l’animal. C’est inefficace », argumente la femme d’affaires.

« Nous avons des produits pour enlever cette odeur. Après, l’animal va même sentir bon! »

SOS Odeurs, une entreprise de Sherbrooke spécialisée dans les produits neutralisants d’odeurs, a reçu lundi une aide financière qui lui permettra d’augmenter largement son rayon d’action. Même chose pour CIBLE Solutions d’affaires.

Les gouvernements du Canada et du Québec leur accordent un soutien totalisant 465 000 $. Grâce à cet apport de fonds, CIBLE pourra réaliser des activités de commercialisation, au Canada et à l’international, pour son nouvel outil de gestion de dons en ligne. De son côté, SOS Odeurs prévoit acquérir de nouveaux équipements de production, réaliser des améliorations locatives et engager des experts en chimie, en génie et en technologie de l’information. Les investissements générés par ces projets sont évalués à 1 601 461 $, ont annoncé la députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, et Geneviève Hébert, députée provinciale de Saint-François.

L’aide du gouvernement du Canada est accordée par l’entremise de DEC, sous forme de contributions remboursables, soit 250 000 $ à CIBLE, en vertu de son programme Croissance économique régionale par l’innovation, et 95 000 $ à SOS Odeurs, par l’entremise du Programme de développement économique du Québec.

Spécialiste en exportation

Le gouvernement du Québec octroie quant à lui une aide financière non remboursable de 20 000 $, issue du Programme Exportation, à CIBLE pour l’embauche d’une personne spécialisée en exportation. SOS Odeurs reçoit pour sa part un prêt remboursable sans intérêt d’un montant de 100 000 $, accordé dans le cadre du programme ESSOR. 

« Nous croyons qu’un des plus grands atouts du Québec pour assurer un développement économique fort est de miser sur le potentiel des femmes entrepreneures. CIBLE et SOS Odeurs constituent deux beaux exemples d’audace entrepreneuriale, conjuguée au féminin », a commenté Mme Bibeau, qui est aussi ministre du Développement international.

« En les aidant à investir dans des stratégies de commercialisation qui les feront connaître dans de nouveaux marchés et dans des équipements de production qui les rendront plus performantes, le gouvernement du Canada demeure fidèle à ses engagements qui consistent à stimuler l’expansion, l’innovation et l’exportation. »

« Par sa situation géographique, l’Estrie a toujours bénéficié d’un accès privilégié au marché américain. Le gouvernement du Québec souhaite maintenant appuyer les entreprises dans leur conquête d’autres marchés, comme l’Europe », note pour sa part Mme Hébert.

« C’est en soutenant davantage l’exportation et les PME que le gouvernement du Québec aidera les régions à devenir plus prospères. »

« Dans un contexte où, selon Imagine Canada, un déficit social de 25 milliards de dollars est à prévoir au cours des dix prochaines années, les fondations et organismes seront amenés à revoir leurs façons de faire pour accroître les dons du grand public. Chez CIBLE, nous avons développé la Suite interactive Donna, une solution web tout-en-un visant à optimiser la gestion des dons en ligne et la relation avec les donateurs », explique Nathalie Ashby, présidente et fondatrice de CIBLE.