Après de longues négociations, les employés de soutien de l’Université de Sherbrooke auront une nouvelle convention collective.

Nouvelle convention pour les employés de soutien de l’UdeS

Après de longues négociations, les employés de soutien de l’Université de Sherbrooke auront une nouvelle convention collective. Les employés ont approuvé à près de 95 % une entente de principe visant le renouvellement de leur convention collective.

Leur contrat de travail était échu depuis le 31 décembre 2015.

« Ça se termine bien! Je ne veux pas parler pour l’employeur, mais de notre point de vue, c’est à la satisfaction des syndiqués », commente le président par intérim, Rock Bélanger. La nouvelle convention s’étirera jusqu’au 31 mars 2022.

Au chapitre salarial, l’entente prévoit des augmentations de 4 % au 1er avril 2017, 1,25 % au 1er avril 2018, 1 % au 1er avril 2019, 1,5 % garanti au 1er avril 2020 ou la hausse prévue par la politique salariale gouvernementale (le plus haut pourcentage s’appliquera), et même principe en 2021 : 1 % garanti ou la PSG si le pourcentage est plus élevé.

Les membres du SEESUS recevront également des montants forfaitaires de 1 % à la signature et 0,5 % au 1er avril 2019.

Selon M. Bélanger, les augmentations salariales s’apparentent à celles accordées aux autres groupes d’employés.

Le Syndicat des employées et des employés de soutien de l’UdeS (SEESUS) compte 850 membres et près de 1100 membres si on inclut les employés occasionnels. Environ 622 membres se sont prononcés sur l’entente mardi.

Devant le conciliateur

Les employés de soutien avaient entrepris des actions de visibilité l’automne dernier. Leur dossier s’est retrouvé devant le conciliateur. Les deux parties s’étaient entendues pour ne pas commenter le processus de négociation dans les médias. La négociation contraste grandement avec 2011, alors que les membres du SEESUS avaient tenu une grève historique de près de quatre mois à l’UdeS.

Le vice-recteur aux ressources humaines de l’UdeS Jean Goulet s’est aussi dit très satisfait des résultats obtenus avec le SEESUS.

Il souligne que l’entente de principe devra être approuvée par le conseil d’administration de l’UdeS le 19 juin. Le comité de direction devra ensuite donner son aval à l’ensemble de la convention. « On a prévu la signature pour le 21 juin », souligne-t-il.

L’UdeS doit bientôt commencer à négocier avec ses chargés de cours. « Le Syndicat des chargées et chargés de cours (SCCCUS) s’apprête à déposer ses demandes, probablement d’ici la fin juin », souligne-t-il. L’institution entreprendra aussi des pourparlers avec l’Association du personnel cadre, probablement à l’automne. Dans ce cas-ci, il s’agit d’un protocole de travail, précise M. Goulet.