Pierre Gauthier,

Napec achetée pour 320 M$ par une firme américaine

En passant dans le giron de la firme d'investissement américaine Oaktree Capital Management, l'entreprise québécoise Napec (TSX:NPC) estime pouvoir accélérer sa croissance tout en conservant son indépendance.

La société de Drummondville a annoncé lundi une entente évaluée à environ 320 millions $ - qui tient compte de sa dette de près de 88 millions $ - avec la société californienne, qui offre 1,95 $ pour chaque action de Napec.

Cela constitue une prime de 35,4 pour cent par rapport au cours de clôture du titre le 1er décembre. À la Bourse de Toronto, l'action de Napec prenait 49 cents, ou 34,03 pour cent, en après-midi, pour se négocier à 1,93 $.

«Napec ne changera pas, a assuré son président et chef de la direction, Pierre Gauthier, au cours d'un entretien téléphonique avec La Presse canadienne. L'équipe de direction demeure en place et nous allons intégrer les acquisitions réalisées avec le capital d'Oaktree.»

Ainsi, la firme américaine compte conserver le siège social de la société au Québec après la clôture de la transaction, prévue au premier trimestre de 2018.

Avec 1140 salariés, Napec se spécialise dans la construction et l'entretien d'infrastructures comme des réseaux de transport et de distribution d'électricité, des parcs de panneaux solaires ainsi que des réseaux d'alimentation en gaz naturel.

Fondée en 1978 sous le nom de CVTech-IBC, l'entreprise compte des clients au Québec, en Ontario ainsi que dans l'est des États-Unis.

«Nous sommes enthousiastes à l'idée de nous associer à la direction de Napec (...) afin de poursuivre la croissance de la société dans le marché des services publics en Amérique du Nord», a souligné le directeur général et cogestionnaire de portefeuille du groupe Power Opportunities d'Oaktree, Jason Lee.

L'offre d'Oaktree, qui n'était pas sollicitée, a été présentée au début de l'été, a expliqué M. Gauthier, précisant que la direction de Napec n'était pas à la recherche d'un acheteur et qu'elle ne discutait pas avec d'autres acquéreurs potentiels.

«Chaque fois que nous avions besoin de capitaux, il fallait se tourner vers les marchés, a-t-il dit. Oaktree nous offre les capitaux nécessaires pour soutenir notre croissance.»

Au terme de la période de neuf mois terminée le 30 septembre, Napec affichait des revenus de 328 millions $, en hausse de 28 pour cent sur un an. Son bénéfice net était de 3,7 millions $, ou quatre cents par action, par rapport à une perte nette de 1,28 million $, ou deux cents par action.

La transaction, qui est appuyée par le conseil d'administration, devra obtenir l'appui d'au moins les deux tiers des actionnaires, qui seront convoqués à une assemblée extraordinaire d'ici le 16 février.

Plus important actionnaire de l'entreprise avec près de 19 pour cent des actions et des bons de souscription en circulation, le Fonds de solidarité FTQ a fait savoir qu'il comptait voter en faveur de la transaction.

Deuxième actionnaire en importance avec un peu plus de 14 pour cent des titres en circulation, selon les données de Thomson Reuters, la Caisse de dépôt et placement du Québec n'avait pas indiqué, lundi après-midi, si elle comptait voter en faveur de l'offre d'Oaktree.

«Nous estimons que le prix de la transaction est juste mais que la porte demeure ouverte pour une offre plus élevée en raison des perspectives à long terme de l'entreprise», a souligné Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, dans une note.

L'analyse souligne que l'entreprise a déposé des soumissions pour des contrats totalisant 1 milliard $ et que la performance de ses activités de gaz naturel aux États-Unis devrait continuer à s'améliorer.

Oaktree Capital Management comptait 100 milliards $ US d'actifs sous gestion en date du 30 septembre dernier. Sa division spécialisée dans l'énergie investit dans des entreprises qui évoluent dans le même secteur que Napec.