L’entreprise Moûts de P.O.M. a cessé ses activités à Saint-François-Xavier-de-Brompton, près de Windsor.

Moûts de P.O.M. cesse ses activités

Vendue il y a quelques mois, l’entreprise Moûts de P.O.M. a cessé récemment ses activités à Saint-François-Xavier-de-Brompton.

La Tribune a appris que la compagnie Vergers Paul Jodoin, une entreprise familiale située à Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville, avait pris la décision de la fermer pour rapatrier la production dans la région montérégienne.

La décision appliquée il y a six semaines a provoqué une douzaine de pertes d’emploi.

« Nous ne l’avions pas acheté dans le but de la fermer », assure Sylvain Jodoin, propriétaire avec ses frères Pierre et François de l’entreprise spécialisée dans la fabrication de jus offerts sous différentes marques. « Nous en sommes venus à cette décision après avoir beaucoup étudié les chiffres. »

« Nous faisions affaire avec Moûts de P.O.M. depuis un certain temps. Nous avons appris que l’entreprise était à vendre. Nous avons fait une offre. Entre-temps, nous avons modernisé une de nos lignes de production. Il est devenu évident que ça serait difficile de maintenir les activités à Saint-François avec cette modernisation à notre usine de Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville. »

L’entreprise Moûts de P.O.M. a vu le jour dans la région de Magog-Orford. En 1994, la famille Bergeron avait acheté une fermette sur le chemin Alfred-Desrochers pour y exploiter un verger. On a créé un produit naturel et sans alcool qui se démarquait du cidre de pomme.

Moût de P.O.M. est devenue une vedette du monde touristique régional. En 1998, la famille Bergeron a lancé sa première production de ce fameux jus de pomme pétillant avec 8000 bouteilles produites à la main, dès la première année, lit-on encore sur le site internet toujours accessible.

La production de l’année suivante a été multipliée par dix. En 2004, l’entreprise a déplacé sa production dans une nouvelle usine de plus de 17 000 pieds carrés, pour ainsi quintupler sa production. À Saint-François-Xavier-de-Brompton, l’entreprise pouvait fabriquer une variété de jus pétillants ainsi que des produits sur mesure. Elle offre treize saveurs, vendues à la grandeur du Québec, dans certaines régions du Canada et des États-Unis.

C’est en décembre dernier qu’elle a été vendue à Vergers Paul Jodoin. La direction a offert des transferts aux employés de Moût de P.O.M., mentionne Sylvain Jodoin. « Mais votre région est tellement belle que notre offre n’a pas eu un gros succès, dit-il. Seulement deux employés ont accepté de venir travailler chez nous. »

« Nous avons tenté de vendre les installations de Saint-François-Xavier-de-Brompton à une entreprise de l’industrie en alimentation afin qu’elle puisse garder les employés de Moût de P.O.M. à Saint-François, mais ça n’a pas fonctionné. »

Fromagerie L’Étoile

M. Jodoin ajoute qu’il aurait fallu investir de grosses sommes pour rénover le bâtiment et les équipements des installations ayant dans le passé abrité la fromagerie L’Étoile, dans le secteur de l’intersection de la route 249 et l’autoroute 55. On a avait aussi une préoccupation avec l’eau disponible sur place.

C’est une entreprise spécialisée dans la fabrication de bennes basculantes qui s’est portée acquéreuse du bâtiment, souligne Sylvain Jodoin.

Il ajoute que les produits Moût de P.O.M. sont toujours disponibles dans la gamme des produits de marque Tradition. Vergers Paul Jodoin possède 600 acres de pommiers en Montérégie.