Les « vlogues » s’adresseront aux élèves retenus à la maison en ces temps de confinement, explique le fondateur de moozoom, Jean-Philippe Turgeon.
Les « vlogues » s’adresseront aux élèves retenus à la maison en ces temps de confinement, explique le fondateur de moozoom, Jean-Philippe Turgeon.

moozoom lance des « vlogues »

SHERBROOKE — Un projet n’attend pas l’autre pour l’équipe de la plateforme multimédia moozoom, visant à réduire l’anxiété chez les jeunes du primaire en facilitant la régulation de leurs émotions.

On veut maintenant mettre sur pied une série de capsules qui viendront répondre aux interrogations et inquiétudes des jeunes.

Ces « vlogues » s’adresseront aux élèves retenus à la maison en ces temps de confinement, mais sont destinés aux enseignants, explique le fondateur de moozoom, Jean-Philippe Turgeon.

« Nous avons développé une manière d’attirer l’attention des jeunes pour être près d’eux. Le contenu est écrit par des psychologues, mais il se veut ludique et intéressant », assure M. Turgeon, un Sherbrookois d’origine.

« En cette période de confinement, les enfants sont stressés et anxieux. Ils se demandent s’ils pourront finir leur année scolaire. Les parents ne sont pas toujours habiles à répondre à leurs questions. »

Les capsules dureront entre une et deux minutes. Elles seront diffusées gratuitement sur les réseaux sociaux. « Les vlogues pourront leur faire comprendre qu’ils ne sont pas les seuls à vivre pareille situation, mentionne M. Turgeon. Que c’est normal de vivre de l’anxiété. »

« On leur donnera des stratégies pour les aider à s’en sortir. Nous pensons que ça peut avoir un potentiel important d’atteindre les jeunes. » 

Objectif : 15 000 $

Une campagne de sociofinancement via la plateforme de La Ruche Estrie supportera le projet. On vise à amasser 15 000 $.

Jean-Philippe Turgeon croit que le projet pourra perdurer dans le temps, même si on permet aux jeunes de retourner dans les écoles au cours des prochaines semaines. 

« On va vivre une nouvelle réalité. Il y aura d’autres sources d’anxiété, prévient-il. On vivra un stress familial. »

« La pertinence de s’adresser aux jeunes va encore être là. Nos capsules vont servir dans l’après Covid-19. » 

La plateforme multimédia moozoom a fait l’objet d’un dossier dans les pages de La Tribune récemment. Rappelons que l’entrepreneur a investi 200 000 $ dans son développement. Cet outil est destiné aux écoles du Québec et il répond aux souhaits du ministère de l’Éducation de remplacer le cours d’éthique et culture religieuse par un cours visant notamment le développement de soi et des relations interpersonnelles.

La plateforme moozoom, qui a été lancée le 16 mars, comprend une websérie interactive de 30 épisodes par année qui favorise l’autodéveloppement des compétences sociales et émotionnelles. L’exercice se veut ludique et pédagogique. Caroline Allard, de Conseils de famille et autrice des Chroniques d’une mère indigne, et Benoit Pelletier, de Conseils de famille et Égo trip, assurent la scénarisation. André Pelletier est le réalisateur de la websérie.

Le nombre de personnes inscrites a plus que doublé, ayant atteint les 2500.