La mairesse Julie Morin veut dresser un portrait économique des entreprises de son territoire pour préparer l’après-crise.
La mairesse Julie Morin veut dresser un portrait économique des entreprises de son territoire pour préparer l’après-crise.

Mégantic se prépare pour l’après-crise

La Ville de Lac-Mégantic veut se préparer pour l’après-crise en dressant un portrait économique de la région. La mairesse Julie Morin a mandaté le conseiller municipal Denis Roy pour de prendre des nouvelles de chacune des industries de son territoire.

Le but est de préparer et planifier la relance économique à la suite de cette période de pause, annonce-t-on dans un communiqué de presse. Cette collecte d’information servira à avoir une vue d’ensemble des plans des entreprises, de leurs préoccupations et de leurs besoins. Cette initiative se fera en complémentarité des actions entreprises par la cellule économique déjà en place, précise-t-on.

Denis Roy, conseiller municipal du District Fatima et membre de l’organisme Place de l’industrie, fera un portrait de la situation qui sera partagé à tous les partenaires économiques du milieu. En regard de ces informations, la Ville mettra en place les mesures nécessaires pour supporter la relance économique, en collaboration et en complémentarité avec les partenaires du milieu et les deux paliers de gouvernement, ajoute-t-on.

Quant aux commerces de détail du territoire, la Mme Morin a participé lundi soir à une réunion du conseil d’administration de l’organisme Commerce Lac-Mégantic. La Ville partagera ensuite les actions prises ou à entreprendre pour soutenir la relance dans ce secteur où les impacts de la crise seront majeurs.

Le conseil reste également à l’affût des impacts de la situation sur le budget municipal, ainsi que sur les échéanciers des principaux projets publics en développement, comme Espace mémoire, Espace jeunesse, éclairage du terrain de baseball, allée piétonnière, réfection du rang X, microréseau, etc.

« À court terme, les équipes doivent nous dresser une liste des actions qui seraient normalement à faire en avril et en mai. Nous devons planifier dans chacun des départements quelles actions seront à maintenir, à reporter ou à annuler », exprime Julie Morin.

« Un portrait sera dressé dans les prochains jours afin de réajuster le tir et redéfinir les priorités au besoin. »

Par ailleurs, la MRC du Granit dispose désormais d’un nouveau levier économique pour soutenir les entrepreneurs dans le contexte de la présente perturbation économique causée par la pandémie de la COVID-19. Une somme de 585 901 $ dans le cadre de l’aide d’urgence pour les petites et moyennes entreprises annoncée vendredi par le gouvernement du Québec permettra de favoriser l’accès à des capitaux pour maintenir, consolider ou relancer les activités des entreprises affectées par cette pandémie.

C’est à la Société de développement économique du Granit (SDEG) que la MRC du Granit confie la réception et l’analyse des demandes pour ce fonds. Les organismes admissibles au programme sont les entreprises de tous les secteurs d’activité, les coopératives et les organismes à but non lucratif réalisant des activités commerciales sur le territoire de la MRC du Granit. La nature de l’aide prend la forme d’un prêt, donc il s’agit de sommes qui sont remboursables. L’aide financière pourra atteindre un montant maximal de 50 000 $ alors que le taux d’intérêt sera de 3 %. Un moratoire de trois mois sur le capital et les intérêts s’appliquera sur tous les contrats de prêt.