La future station-service serait construite à l’angle des rues Principale Ouest et Saint-Patrice Ouest à Magog.

Magog : les élus devront se pencher sur un projet commercial de 4 M$

Le conseil municipal de Magog devra à nouveau se pencher sur un projet d’agrandissement de la station-service se trouvant à l’angle des rues Principale Ouest et Saint-Patrice Ouest.

Dirigée par l’homme d’affaires Pierre Bolduc, la compagnie Estridev propose la construction d’une station-service d’une superficie d’environ 650 mètres carrés à l’angle Principale-Saint-Patrice. Le bâtiment abriterait un dépanneur de même qu’un petit restaurant et quatre îlots de pompes à essence seraient créés à l’avant. Le projet est évalué à quatre millions $ par le promoteur.

«La base de ce dossier, c’est que Ultramar est installée à cet endroit depuis 40 ou 50 ans et qu’elle désire continuer à faire des affaires là, indique M. Bolduc. Ses installations sur place sont désuètes alors elle veut les améliorer.»

Actuellement, la station-service appartient à Ultramar. Mais, advenant la concrétisation du projet, le terrain sur lequel elle prend place ainsi que le futur bâtiment passeraient entre les mains d’Estridev, qui possède des propriétés autour.

Pour faire en sorte que le bâtiment s’harmonise bien avec l’environnement, Estridev prévoit l’utilisation de matériaux de revêtement semblables à ceux recouvrant des édifices situés sur l’îlot Tourigny.

UNE ÉVOLUTION

Pierre Bolduc ne le nie pas, sa proposition rappelle beaucoup un projet qui avait été rejeté par le conseil municipal de Magog il y a quelques années. Il croit cependant que le contexte a changé et qu’il est utile pour lui de soumettre sa vision à nouveau aux élus de Magog.

«Je pense que tout le secteur est en train de s’améliorer et qu’on serait mieux de moderniser les installations d’Ultramar à cet endroit. La compagnie n’a pas l’intention de laisser aller cet emplacement de toute façon», fait-il valoir.

En ce qui concerne la question de la circulation, M. Bolduc estime qu’elle ne deviendrait pas soudainement chaotique. «Dans le temps, des gens avaient dit que la circulation serait difficile une fois la nouvelle SAQ construite, mais on voit que ça n’est pas arrivé. Vous savez, ce serait surtout les gens qui passent déjà dans le secteur qui iraient chercher de l’essence là.»