Le nouveau programme de recherche vise à minimiser le poids des véhicules récréatifs de BRP pour améliorer les performances et réduire la consommation de carburant.

L'UdeS et BRP s'associent dans un projet de recherche de 5 M$

Plusieurs partenaires se donnent la main pour mettre sur pied un programme de recherche visant à minimiser le poids des véhicules pour améliorer les performances et réduire la consommation de carburant.

Le programme de recherche ATLAS est issu d’un partenariat entre le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), PRIMA Québec, l’Université de Sherbrooke, BRP, le Centre de technologies avancées BRP – Université de Sherbrooke (CTA) et l’Université Laval, auxquels se joignent trois partenaires du secteur de l’aluminium, soit Rio Tinto, Shawinigan Aluminium et Verbom.

Les investissements pour ce projet sont de l’ordre de 4,9 M$ sur quatre ans.

Alléger les produits récréatifs de BRP en remplaçant une quantité significative d’acier par de l’aluminium valorisé au Canada, tel est l’objectif du programme de recherche ATLAS, annonce-t-on.

On souhaite développer un processus d’allègement de structures favorisant l’utilisation intensive d’alliages légers tels que l’aluminium dans la conception de châssis pour les véhicules récréatifs de BRP. Le projet visera également à minimiser le coût et le nombre de pièces, tout en garantissant une durée de vie adéquate, précise-t-on dans un communiqué de presse.

Le programme souhaite répondre aux attentes des consommateurs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et de consommation de carburant des véhicules récréatifs motorisés.

« Développer de nouveaux outils d’ingénierie et intégrer de nouveaux matériaux dans le domaine du transport amènera une certaine démocratisation de l’aluminium et permettra un allègement significatif du poids des véhicules », explique Alain Desrochers, professeur en génie mécanique à l’UdeS et chercheur principal.

Centre d’expertise de classe mondiale
« Le projet permettra aussi à l’UdeS et au CTA de se positionner comme un centre d’expertise de classe mondiale en optimisation structurale tout en favorisant l’adoption et l’utilisation de nouveaux procédés à la fine pointe de la technologie. »

Pour assurer la réalisation de son objectif général, le programme cible l’acquisition d’expertise sur le choix des matériaux pertinents pour l’allègement structural et sur le développement de procédés de formage et assemblage découlant de ce choix, la prédiction numérique et expérimentale des contraintes mécaniques, de la raideur, de la fatigue structurale ainsi que des vibrations induites pour des chargements typiques, l’optimisation pluridisciplinaire des structures afin d’en minimiser le coût.

Ces objectifs regroupent dix activités qui permettront de former, sur une période de quatre ans, quatorze étudiants aux cycles supérieurs et deux stagiaires postdoctoraux, ajoute-t-on. Deux autres professeurs-chercheurs en génie mécanique de l’UdeS collaboreront à différentes étapes de la mise en place de ces objectifs, soit les professeurs Ahmed Maslouhi et Denis Rancourt. Cinq professionnels de recherche du CTA sont également engagés dans le projet.

Les professeurs Alain Curodeau et Yves St-Amant de la faculté des sciences et de génie de l’Université Laval collaborent eux aussi au projet et se réjouissent de ce partenariat.

Par extension, l’expertise développée sera transférable vers les domaines routier, ferroviaire et aéronautique. Les retombées ainsi générées pour l’industrie canadienne de l’aluminium et des transports seront multiples, promet-on.

Les alliages d’aluminium offrent un très bon rapport rigidité/poids et résistance/poids. Une forte augmentation de l’utilisation de ce matériau est d’ailleurs observée chez les constructeurs automobiles afin de réduire le poids et la consommation de carburant, fait-on remarquer.