Le Sommet régional Vision Attractivité a réuni 200 participants. Parmi eux, on retrouvait les préfets de plusieurs MRC, soit Gilles St-Jean, Jacques Demers, Luc Cayer, Robert Roy, Marielle Fecteau, Hugues Grimard, le maire de Sherbrooke Steve Lussier, la mairesse de Magog Vicki May-Hamm et Simon Madore.

L’Estrie cherche à séduire les 25-40 ans

Attirer les jeunes familles dans la région pour y vivre, y travailler et la visiter était au cœur des préoccupations des 200 acteurs socioéconomiques et politiques réunis, mardi, à l’Hôtel Delta de Sherbrooke dans le cadre du Sommet régional Vision Attractivité : L’avenir commence maintenant.

« Avec ses paysages remarquables, sa situation géographique et tous les services disponibles, notre région est reconnue pour son positionnement touristique naturel. Les sondages de Vision attractivité établissent que nous avons également la plus forte notoriété des régions du Québec. C’est un atout stratégique d’une très grande valeur. Il faut maintenant travailler le positionnement économique et le positionnement de notre milieu de vie et répondre aux besoins d’informations et d’expériences des 25-40 ans que l’on cherche à attirer », a expliqué Mme Vicky-May Hamm, mairesse de Magog et préfet suppléant de la MRC de Memphrémagog.

Dans le cadre de la démarche Vision Attractivité, les sept MRC de l’Estrie travaillent avec les MRC Brome-Missisquoi et de La Haute Yamaska avec qui la région estrienne partage une identité commune et plusieurs atouts.

Vicky-May Hamm, mairesse de Magog, a expliqué que la région devait travailler sur la valorisation du milieu de vie et son positionnement économique pour attirer les jeunes familles.

Une des actions concrètes que l’équipe compte poser sera de créer un groupe d’une vingtaine de jeunes de 25-40 ans qui souhaitent développer des projets pour développer le sentiment d’appartenance envers la région et son potentiel d’attraction. Déployer une vision régionale commune d’attractivité, mettre en ligne un site Internet d’informations et d’inspirations sur la région et concevoir une marque identitaire forte pour la région qui mise sur sa diversité et sa vitalité sont les autres actions qui seront réalisées dans les prochains mois.

« Au niveau politique, on démontre à l’ensemble des intervenants qu’on trouve la démarche d’attractivité des territoires importante. On veut démontrer à l’ensemble du Québec ce qui nous différencie des autres régions. On vise principalement la clientèle de 25-45 ans, car c’est elle qui pourra combler notre pénurie de main-d’œuvre », a souligné le président de la Table des MRC de l’Estrie et préfet de la MRC des Sources, Hugues Grimard.

« C’est une démarche QUI nous soutient dans les défis de main-d’œuvre que l’on rencontre. Sinon, je devrais le faire par moi-même et ça demande énormément de ressources et d’énergie, renchérit Marie-Claude Houle, vice-présidente de l’entreprise MI Intégration. Sentir qu’une région se concerte pour soutenir les organisations et l’entrepreneuriat, c’est puissant. »

Rappelons que la démarche a été mise en branle par Tourisme Cantons-de-l’Est en mars 2018. « Le tourisme est un acteur important en terme de promotion de la destination. On met des efforts pour attirer des visiteurs qui éventuellement deviendront des résidents ou entrepreneurs. On tente de rallier l’ensemble des acteurs régionaux pour travailler ensemble plutôt qu’en vase clos », ajoute Jean-Michel Ryan, président de Tourisme Cantons-de-l’Est et propriétaire de la station de ski Sutton.

Le maire de Sherbrooke a confirmé que les différentes municipalités et MRC travaillent main dans la main. « Nous travaillerons dans un esprit de collaboration plutôt qu’en silo pour attirer plus de résidents, de touristes et d’entrepreneurs chez nous. Ensemble nous pourrons aller plus loin que par des initiatives individuelles », a mentionné Steve Lussier.