Les 90 employés du supermarché Metro de Lac-Mégantic ont entériné sans problème leur nouvelle convention collective, d’une durée de six ans, qui devait entrer en vigueur en juin prochain.

Les syndiqués du Metro de Lac-Mégantic entérinent une nouvelle convention collective

Les 90 employés du supermarché Metro de Lac-Mégantic ont entériné sans problème leur nouvelle convention collective, d’une durée de six ans, qui devait entrer en vigueur en juin prochain.

Représentés par le syndicat des Travailleurs et Travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC), section locale 500, ces employés ont ainsi voulu stabiliser la pérennité de leurs conditions de travail et favoriser la croissance de l’entreprise qui les emploie. Pour ce faire, la négociation de leur nouveau contrat de travail a été devancée et les augmentations de salaire obtenues entreront en vigueur dès le 3 février. De plus, leur adhésion au regroupement d’assurance collective des TUAC dès février leur vaudra une économie de 15 % sur le paiement de leur prime.

Ainsi, une nouvelle structure salariale a été adoptée, permettant de maintenir, entre autres, un écart raisonnable avec le salaire minimum.

Les employés bénéficiaient déjà d’allocations pour les soins dentaires, d’une prime de Noël et de la participation de leur employeur au Fonds de solidarité de la FTQ à raison de 0,30 $ l’heure travaillée, pour tous. Mais des avantages se sont ajoutés dans le nouveau contrat, comme l’amélioration des congés de deuil, la majoration de la prime de superviseur, la majoration de 40 à 56 heures de congés occasionnels pour les salariés réguliers, l’ajout de 1 % d’indemnité de vacances pour ceux de 20 ans et plus d’ancienneté, etc.

« Nous sommes très heureux du dénouement rapide de cette ronde de négociation. Les travailleurs de ce marché d’alimentation ont bonifié à plusieurs égards leurs conditions de travail existantes et ont obtenu de nouveaux avantages », a commenté le président des TUAC 500, Antonio Filato.

« Ce n’est pas rare de rouvrir une convention avant son échéance, même si c’est une mesure exceptionnelle, les syndiqués avaient de bons motifs de le vouloir. C’est une bonne entente qui a été signée, assez généreuse, les employés ont fait des gains intéressants, comme la prime de deuil, avec la population vieillissante et le contexte particulier de Lac-Mégantic à la suite de la tragédie, la hausse de la prime de superviseur, etc. », a renchéri la représentante nationale responsable des communications, au bureau québécois des TUAC Canada, Roxane Larouche.