La résidence de l’Or blanc a annoncé sa fermeture au début mai en raison des coûts nécessaires pour se conformer aux nouvelles normes du code du bâtiment.

Les locataires de la résidence de l'Or blanc se relogent peu à peu

Près d’une trentaine des 45 locataires de la résidence de l’Or blanc, à Asbestos, ont trouvé un nouveau logis après l’annonce de la fermeture soudaine de l’établissement au début du mois de mai.

« Par chance, le propriétaire a laissé un délai de six mois pour relocaliser les locataires, ce qui est très apprécié. Il n’y a donc pas de sentiment d’urgence dans ce dossier. Le propriétaire collabore bien avec nous, ce qui aide à faciliter la transition », fait savoir Sylvie Quenneville, directrice adjointe au programme de soutien à l’autonomie des personnes âgées au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Lire aussi: Fermeture: 45 aînés devront déménager d’ici six mois

Quant aux aînés forcés de déménager, ils vont quand même bien dans les circonstances, ajoute Mme Quenneville.

« Une telle nouvelle, ça déstabilise les aînés. C’est plus difficile quand c’est imposé. Toutefois, ça se passe assez bien. L’équipe du soutien au domicile accompagne ceux qui en ont besoin », précise-t-elle.

Avec la fermeture de cette résidence, un problème s’impose toutefois : la ville d’Asbestos est maintenant en pleine capacité du côté de ses résidences pour aînés. Son CHSLD, qui est toujours à pleine capacité, accueille cependant un certain nombre de personnes qui sont en transition, c’est-à-dire en attente d’avoir une place dans un CHSLD plus près de leur lieu de résidence.

« Mais la clientèle de la résidence de l’Or blanc n’a pas besoin d’un CHSLD. La plupart des gens ne peuvent pas retourner vivre à la maison, même avec du soutien à domicile, mais ils ne requièrent pas non plus le niveau de soins d’un CHSLD. C’est un sujet qui nous préoccupe et nous allons suivre ce dossier pour essayer de trouver des solutions », ajoute Mme Quenneville.

Rappelons que le propriétaire de la résidence de l’Or blanc a décidé de vendre sa résidence, qui sera convertie en logements en raison des coûts nécessaires pour se conformer aux nouvelles normes du code du bâtiment.