Associé chez Extract recherche marketing, Christian Dupuis a détaillé les faits saillants d'un sondage auquel 133 membres de la Chambre de commerce de Sherbrooke ont répondu en janvier.

Les gens d'affaires de Sherbrooke sont optimistes pour 2017

L'économie sherbrookoise est sur une bonne lancée et les gens d'affaires de la région sont optimistes quant aux perspectives de croissance en 2017.
Voilà ce qu'il faut retenir d'un sondage mené pour une deuxième année consécutive par la Chambre de commerce de Sherbrooke en collaboration avec Extract recherche marketing dans le but de se donner un indice annuel de confiance à l'égard de l'économie locale.
Les résultats montrent que 79 % des répondants estiment que le climat économique de la région de Sherbrooke est resté stable (53 %) ou s'est amélioré (26 %) en 2016, en augmentation significative sur leur appréciation de 2015 (55 %).
Ils sont encore plus nombreux à penser (86 %) que le climat économique va demeurer le même (45  %) ou va s'améliorer (41 %) en 2017, ce qui démontre un réel optimisme pour la prochaine année, explique Christian Dupuis, associé chez Extract recherche marketing.
Par rapport au chiffre d'affaires des entreprises privées, 64 % des répondants prédisent qu'il va augmenter en 2017 et 30 % qu'il va demeurer sensiblement le même, alors que l'an dernier, ils étaient 86 % à envisager l'une ou l'autre de ces tendances positives.
« On sent qu'il y a un mouvement qui est créé et on très optimiste qu'on va le sentir dans les organisations dans la prochaine année », détaille M. Dupuis.
Priorités
Au niveau des priorités des entreprises, le développement de nouveaux marchés (46 %), l'amélioration de la productivité (22 %) et la recherche de personnel compétent arrivent en tête de liste pour 2017.
Ce recrutement de main-d'oeuvre préoccupe incidemment de plus en plus d'entrepreneurs puisqu'ils sont 15 % à en faire leur priorité de 2017 contre 6 % en 2016.
« C'est la priorité numéro un et un enjeu important pour la région, dit Louise Bourgault, directrice de la Chambre de commerce de Sherbrooke. On pensait être frappée dans cinq ans, mais on a devancé notre rareté de main-d'oeuvre. »
La situation est observée à travers le Québec, nuance-t-elle toutefois, et la Commission des partenaires du marché du travail, un organisme de concertation nationale qui régit notamment Emploi Québec, a réuni dernièrement tous les ministères concernés afin qu'on travaille sur l'intégration des immigrants, la reconnaissance des acquis et le développement des compétences afin de pallier le problème.
Enfin, la Chambre de commerce a demandé à ses membres leur perception du climat économique, du climat social et de l'effort environnemental en Estrie par rapport au reste de la province. Il appert que le climat économique serait inférieur (38 %) à la moyenne québécoise, mais que le climat social et l'effort environnemental seraient supérieurs, selon respectivement 37 % et 43 % des répondants.
Le coup de sonde a été mené du 10 au 25 janvier, en même temps que l'entrée au pouvoir de Donald Trump de l'autre côté de la frontière.
« C'est certain que ce ne sont pas que des entreprises industrielles exportatrices qui sont dans l'échantillon, il y a aussi des gens du commerce et du service, mais on voit que le climat est favorable malgré les zones de turbulences qui s'en viennent. On peut dire que les gens d'affaires ont une bonne confiance et peuvent tirer leur épingle du jeu », analyse à ce propos M. Dupuis.
Le sondage a été mené en ligne auprès de 815 membres de la Chambre de commerce de Sherbrooke. Au total, 133 personnes ont répondu à l'étude, portant la marge d'erreur à 7,8 % 19 fois
sur 20.