Les employés de Sears courtisés par des employeurs potentiels

Les employés de Sears ne devraient pas rester sans emploi bien longtemps après la fermeture du magasin de Sherbrooke puisque plusieurs employeurs de la région, dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre, planifient une stratégie pour les recruter.

Le CIUSSS de l’Estrie CHUS fait partie de ces employeurs qui aimeraient bien mettre la main sur des membres du personnel du magasin Sears de Sherbrooke dont la fermeture est prévue entre la mi-décembre et la fin de janvier.

« Nous sommes effectivement en train d’attacher certaines choses avec Sears afin de pouvoir proposer des opportunités d’emplois aux personnes intéressées, et ce, après la fermeture du magasin. Toutefois, nous ne sommes pas encore en mesure d’annoncer quoi que ce soit de plus concret », explique Geneviève Lemay, conseillère en communication au CIUSSS de l’Estrie CHUS.

Concrètement, l’établissement dit avoir besoin annuellement de plus de 500 préposés aux bénéficiaires. À ce nombre s’ajoutent 269 postes de préposés à la buanderie, à l’entretien ménager ou au service alimentaire, dont 54 pour le trimestre des Fêtes. Le CIUSSS dit aussi avoir besoin de 228 agentes administratives par année, dont 50 durant les vacances des Fêtes, « Des postes de surveillants d’établissement sont par ailleurs disponibles en continu tout au long de l’année », indique Mme Lemay.

Il y a présentement 94 employés qui travaillent au magasin Sears de Sherbrooke. « Lors de l’annonce de la fermeture, ils étaient 84. Douze sont déjà partis et 22 ont été embauchés pour aider à gérer la vente de liquidation », explique le porte-parole de Sears Canada, Vincent Power.  

« Je n’ai pas entendu de façon précise que des employeurs potentiels s’adressent aux employés de Sears, mais si cela se produit, c’est encourageant. Nous voulons que nos employés aient autant d’opportunités que possible pour l’avenir. Dans certains cas, notre personnel des ressources humaines travaille avec d’autres détaillants pour arranger les foires d’emploi et faciliter des connexions afin d’atteindre cet objectif », poursuit M. Power.

Denis Bourque, propriétaire d’une vingtaine de restaurants Tim Hortons dans la région, confirme qu’une approche sera faite auprès des employés de Sears. « Je ne peux pas vous dire quelle forme prendra cette démarche, mais je confirme qu’on est toujours à la recherche d’employés et ceux de chez Sears sont bienvenus à joindre l’entreprise », note l’homme d’affaires précisant qu’environ une trentaine d’employés pourraient s’ajouter au plus de 600 employés qui travaillent déjà dans un de ses restaurants. Avec Alain Goupil