Les visites sous terre offertes depuis 25 ans à la mine de Capelton se feront maintenant en groupes familiaux.
Les visites sous terre offertes depuis 25 ans à la mine de Capelton se feront maintenant en groupes familiaux.

L’épopée de Capelton se réinvente

 L’Épopée de Capelton profite de la relance post-pandémie pour se réinventer.

Dès ce samedi, c’est en famille avec des tours quasi privés que les visiteurs pourront découvrir la mine de cuivre Capelton à North Hatley. Ils évolueront dans le circuit sous terre en se relayant d’un guide à l’autre qui assurera l’interprétation du site minier ouvert en 1863. 

« C’est une formule que nous avions déjà essayée au début des années 2000. Cette formule qui assure la distanciation permettra aussi d’assurer une plus grande fluidité lors de la visite », croit la coordonnatrice de l’Épopée de Capelton, Geneviève Vallières.

Terminées les visites en groupe de 25 personnes avec un seul guide.

Au lieu de se rendre à la mine dans une charrette, collés les uns sur les autres, les visiteurs vont embarquer à l’arrière d’une camionnette aux vingt minutes, une famille à la fois.

Toutes les mesures sanitaires de désinfection seront assurées par l’équipe de l’épopée de Capelton.

« Par la force des choses, nous avons développé une nouvelle façon de découvrir le complexe minier. Nous sommes ouverts depuis 25 ans, alors il était temps de faire évoluer notre produit. Nous croyons que cette nouvelle formule va perdurer dans le temps. Nous allons donner une couleur différente, mais en misant sur la vraie expérience sous terre que nous offrons depuis toutes ces années », signale Geneviève Vallières.

Cette attraction touristique privée va aussi changer de raison sociale pour devenir une organisation à but non lucratif (OBNL) au cours des prochains mois. La piste d’hébertisme sera améliorée et l’activité le Tour du prospecteur où les enfants se lancent à la recherche de grains d’or dans le ruisseau s’ajoute à la visite sous terre.

Si l’Épopée de Capelton reçoit environ 20 000 à 25 000 visiteurs par année, Geneviève Vallières s’attend à en accueillir le tiers de ce nombre cette année. Elle invite les visiteurs à réserver afin d’éviter l’attente avant la visite. « Nous avons perdu les visites scolaires de mai et juin. Heureusement que nous avons de l’aide gouvernementale. Nous travaillons aussi avec des partenaires pour offrir des forfaits », indique Geneviève Vallières.