Dans la grande région de Québec, la bannière Shaker Cuisine & Mixologie est entre autres présente à Charlesbourg.

Le Shaker bientôt à Sherbrooke et Trois-Rivières

La bannière Shaker Cuisine & Mixologie fait des petits. Des restaurants vont ouvrir leurs portes à Trois-Rivières et à Sherbrooke en 2018.

En septembre 2016, l’un des patrons de la compagnie, Luc Beaumont, avait confié lors d’une entrevue avec Le Soleil qu’il espérait ouvrir 25 restaurants-bars au Québec d’ici cinq ans et qu’il visait un chiffre d’affaires d’au moins 60 millions $. Force est de constater avec les projets confirmés par la direction que les bottines vont suivre les babines, comme le veut l’expression.

Deux ans après la naissance du Shaker dans la Pyramide à Sainte-Foy, la famille compte aujourd’hui huit succursales, bientôt dix avec les petits nouveaux. Dans la grande région de Québec, la bannière est entre autres présente à Charlesbourg, à Cap-Rouge et à Lévis. À travers son réseau, elle sert de gagne-pain à près de 500 travailleurs.

À Trois-Rivières, l’ouverture du restaurant de 250 places assises et de 80 places sur la terrasse est prévue pour le mois de mars. Il s’agit d’un investissement d’environ 1,5 million $. L’établissement de 7000 pieds carrés sera situé dans le Centre commercial Les Rivières, dans l’ancien local du détaillant Sports Experts. Une soixantaine d’emplois seront créés.

«Avec les difficultés que le commerce de détail commence à connaître, c’est certain que les centres commerciaux sont très enclins à accueillir des commerces comme le Shaker. Le loyer est plus cher en moyenne dans les centres commerciaux, mais l’achalandage et la facilité d’accès avec un stationnement sont des avantages importants pour un restaurant à volume», explique M. Beaumont, copropriétaire et directeur du développement des affaires. 

Pour Sherbrooke, la compagnie installera ses pénates dans le Carrefour de l’Estrie, une propriété d’Ivanhoé Cambridge. Les rénovations du local commenceront en janvier. La facture du développement devrait avoisiner 1,5 million $ et environ 70 emplois seront créés. L’ouverture de l’établissement d’environ 230 places assises est prévue pour le mois d’avril. 


«Nous voulons avoir 30 restaurants au Québec, cela représente entre six et sept ouvertures par année»
Luc Beaumont, copropriétaire et directeur du développement des affaires

Au moins six de plus en 2018

Pour l’année 2018, M. Beaumont prévoit ouvrir «au minimum» six nouveaux restaurants à travers la province. Victoriaville, Saint-Hyacinthe, Chicoutimi, Ottawa et la rive nord de Montréal figurent notamment dans les plans de la compagnie. Des pourparlers sont en cours. Pour 2017, le Shaker devrait enregistrer un chiffres d’affaires d’environ 32 millions $. 

«Notres objectif est maintenant d’atteindre les 100 millions $ de chiffre d’affaires d’ici trois ou quatre ans. Nous voulons avoir 30 restaurants au Québec, cela représente entre six et sept ouvertures par année», indique le patron, précisant que la bannière pourrait également faire des petits à l’extérieur de la province. Des plans sont dans les cartons, mais rien n’est encore confirmé.

«Nous avons des visées pour l’international et le reste du Canada. C’est dans les plans à plus long terme», dit-il. 

Pour l’heure, la direction du Shaker détient cinq succursales et trois restaurants appartiennent à des franchisés. 

Le principal actionnaire de la bannière est le Groupe Blanchette qui a lancé Thaïzone et Chocolato ainsi que les Boîtes à chansons La P’tite Grenouille.