Le recteur de l’UdeS, Pierre Cossette

Le projet de pavillon de médecine pourrait voir le jour en 2021

Le recteur de l’Université de Sherbrooke, Pierre Cossette, se montre confiant que le projet de pavillon de médecine caressé par l’institution voit le jour quelque part en 2021. D’abord évalués à 57,5 M $, les coûts du projet ont été revus à 48 M $. Celui-ci a été scindé en deux volets afin de permettre à l’UdeS d’aller cogner aux portes de deux ministères différents.

L’UdeS ne parle donc plus de pavillon de médecine personnalisée et de recherche translationnelle. Elle parle plutôt du « pavillon de médecine de précision et de recherche translationnelle », et du « carrefour du savoir » du campus de la santé. Ce carrefour donnera vie à une toute nouvelle bibliothèque.

Lire aussi: L’UdeS adopte un budget équilibré

La bibliothèque actuelle, sise au premier étage et au sous-sol de la faculté de médecine de l’UdeS, date de 1966, explique Dr Cossette. « Elle est complètement désuète. » Celle-ci serait relocalisée à l’intérieur du nouveau pavillon qui doit être construit sur le campus de la santé. « Ça nous permettrait d’avoir un vrai centre de documentation. Les besoins ont beaucoup évolué avec le temps : ça prend des milieux branchés, des milieux de travail d’équipe, conviviaux », indique le recteur.

Même si les deux volets ont été scindés, le recteur aimerait que ceux-ci se réalisent simultanément.

Au dernier budget provincial, on apprenait que le pavillon de médecine personnalisée figurait dans le Plan québécois des infrastructures 2018-2028, dans l’onglet « en planification ».

La médecine personnalisée met de l’avant « une approche centrée sur le patient et sur des décisions médicales prises à partir de données scientifiques les plus récentes ». « Il en résultera des pratiques et des services de santé taillés sur mesure et encore plus efficaces. Les impacts de la médecine personnalisée aideront à choisir parmi l’éventail des thérapies disponibles la plus appropriée, la plus efficace et la moins susceptible d’entraîner des effets secondaires à chaque patient », décrit l’institution lorsqu’elle parle de son projet.

Dr Cossette indique que des pourparlers sont toujours en cours avec Québec. Il espère décrocher presque 90 % de la somme du côté de ce palier gouvernemental, soit environ 35 M $.

Le reste proviendra de dons et de l’UdeS. La Société des médecins de l’UdeS est l’un des partenaires financiers de la nouvelle bibliothèque. L’institution avait tenté sa chance auprès d’un programme fédéral pour la réalisation du pavillon, mais sa proposition n’avait pas été retenue.

Le financement de la bibliothèque relève du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) tandis que la création du pavillon et de ses laboratoires relève du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation. Pour diminuer les coûts, l’UdeS a notamment réalisé certains aménagements internes.

La bibliothèque de la faculté de médecine sert à ses étudiants, mais aussi au personnel du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

La faculté de médecine compte plus de 4700 étudiants, principalement au campus de la santé, mais aussi à Moncton, Longueuil et Saguenay notamment.