Le candidat du PQ dans Sherbrooke, Guillaume Rousseau, a promis 200 logements sociaux en Estrie, accompagné par le porte-parole de l’Association des locataires de Sherbrooke, Normand Couture.

Le PQ promet 200 logements sociaux

Entouré de membres de l’Association des locataires de Sherbrooke, Guillaume Rousseau, candidat dans Sherbrooke pour le Parti québécois (PQ), a promis qu’il allait créer un minimum de 200 nouveaux logements sociaux en Estrie, dont 100 à Sherbrooke.

En tout, au Québec, le PQ s’engage à construire un minimum de 5000 nouvelles unités de logement social par année, en comptant l’aide du gouvernement fédéral.

Guillaume Rousseau juge que le besoin est important en région. « On souhaite qu’il y ait des logements pour les personnes seules, mais il y a aussi des familles nombreuses. On souhaite aussi qu’un certain nombre soient adaptés pour les personnes aînées ou en situation de handicap. On aimerait aussi qu’il y ait des logements supervisés, essentiellement pour des gens qui présentent des besoins en matière de santé mentale. On souhaite qu’il y ait une personne ressource dans le bloc pour ces personnes-là », commente-t-il, ajoutant que ces logements seraient construits à neuf ou reconvertis.

« Le besoin est très présent, poursuit-il. Plus de 6100 ménages consacrent plus de 50 % de leur revenu pour se loger. Des centaines de personnes sont sur les listes d’attentes pour des logements sociaux en Estrie. Il faut répondre à ça de manière énergique. »

Le porte-parole de l’Association des locataires de Sherbrooke, Normand Couture, assure que cette annonce est un pas dans la bonne direction. « Notre demande, c’est 50 000 logements sociaux sur cinq ans sur l’ensemble du territoire du Québec. Ça nous permettrait de construire 300 unités de logement à Sherbrooke par année. En 10 ans, on aurait comblé le besoin », précise-t-il. 

La CAQ attaquée

Normand Couture, accompagné de membres de l’association, a réussi à rencontrer des représentants de trois des quatre principaux partis. Seulement la CAQ n’a pas retourné son appel. « On a fait appel aux quatre candidats de Sherbrooke pour les rencontrer. On a pu rencontrer trois partis, sauf la CAQ. On a envoyé une deuxième demande, mais ils ne daignent même pas de nous répondre. Le questionnement qu’on a c’est : est-ce que le logement social est important pour eux? Est-ce que la lutte à la pauvreté est importante pour eux?  Ça ne semble pas être le cas », déplore-t-il. « Lors de la dernière campagne, on avait rencontré M. Legault. Il nous avait dit qu’on n’aurait pas besoin de cela, car il créerait des emplois à 40 $ de l’heure. C’est un manque de connaissance de la pauvreté. Ce n’est pas tous les gens qui vont pouvoir travailler. De plus, ça va en prendre pas mal d’emplois. En attendant, les gens vont devoir se loger »

De son côté, Guillaume Rousseau a aussi critiqué la Coalition avenir Québec et le candidat dans Sherbrooke, Bruno Vachon. « Il y a deux hypothèses : soit que la CAQ n’est vraiment pas intéressée aux logements sociaux, soit M. Vachon et son équipe sont très désorganisés, même pas capables de répondre à des courriels. C’est peut-être un peu des deux », attaque-t-il. 

Vachon se défend

De son côté, Bruno Vachon se défend. « Il nous a envoyé un courriel mercredi. On est partout dans les activités. La semaine dernière, j’ai rencontré plusieurs organismes. L’Association des locataires de Sherbrooke n’est pas écartée, bien au contraire, on va les rencontrer. On va régler ça très tôt cette semaine », affirme-t-il.

Le premier courriel, envoyé au début de la campagne, est passé entre les mailles du filet. « Ce courriel est tombé dans les craques, car notre bail n’était pas signé. Il voulait avoir l’adresse du local, mais le bail a été signé quelques jours plus tard. Celui-là, mea culpa. Pour le courriel sollicitant une rencontre, on l’a reçu vers la fin de la semaine. Ça va nous faire plaisir de le rencontrer », assure le candidat de la CAQ.