«Avec Le Panier Bleu, on a voulu mettre l’achat local au cœur des préoccupations des Québécois, et je pense qu’on peut dire mission accomplie. Maintenant, il faut s’assurer que cela perdure. Pour cette raison, on va continuer à outiller nos commerçants pour qu’ils puissent compétitionner avec les géants mondiaux du numérique», avance le ministre Pierre Fitzgibbon.
«Avec Le Panier Bleu, on a voulu mettre l’achat local au cœur des préoccupations des Québécois, et je pense qu’on peut dire mission accomplie. Maintenant, il faut s’assurer que cela perdure. Pour cette raison, on va continuer à outiller nos commerçants pour qu’ils puissent compétitionner avec les géants mondiaux du numérique», avance le ministre Pierre Fitzgibbon.

Le Panier Bleu lance «8 grands chantiers» pour réinventer le commerce de détail

Myriam Boulianne
Myriam Boulianne
Le Soleil
Souhaitant rattraper le retard numérique du commerce de détail et mieux outiller les commerçants québécois face aux géants du Web, le Panier Bleu lance «8 grands chantiers».

«Ces chantiers seront des groupes de travail par et pour le secteur du commerce de détail», explique le directeur général du Panier Bleu, Alain Dumas, accompagné du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon.

Les huit chantiers seront présidés par des experts reconnus du secteur qui joindront le conseil d’administration du Panier Bleu. Chaque chantier aura comme mission de réaliser un rapport pour développer davantage le commerce de détail. «À la fin de l’exercice, nous consoliderons le tout dans un rapport final qui servira de feuille de route réaliste et réalisable pour aider les commerces québécois à rivaliser avec les plus grands, précise M. Dumas, c’est l’étape préliminaire à une transformation majeure du secteur du commerce de détail.» Ce dernier ajoute que les présidents de chantier auront des représentations régionales sur leur comité afin de permettre une diversification des opinions et une meilleure prise en compte des réalités régionales. 

«Avec Le Panier Bleu, on a voulu mettre l’achat local au cœur des préoccupations des Québécois, et je pense qu’on peut dire mission accomplie. Maintenant, il faut s’assurer que cela perdure. Pour cette raison, on va continuer à outiller nos commerçants pour qu’ils puissent compétitionner avec les géants mondiaux du numérique», avance M. Fitzgibbon.

Pour le moment, aucune date limite n’est connue pour la remise des rapports de chaque chantier et du rapport consolidé, mais le directeur général du Panier Bleu assure qu’ils lanceront les chantiers «le plus rapidement possible.»

«On espère que les chantiers que nous venons d’annoncer vont permettre une pérennité au Panier Bleu, et conséquemment, que les commerces puissent en profiter physiquement et électroniquement», ajoute le ministre.


« On espère que les chantiers que nous venons d’annoncer vont permettre une pérennité au Panier Bleu, et conséquemment, que les commerces puissent en profiter physiquement et électroniquement. »
Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon

Les huit chantiers qui seront pilotés par le Panier Bleu sont les suivants :

1. Capacités logistiques — présidé par Michel Girard, Président-directeur général de Drakkar Logistics 

2. Transport et livraison — présidé par Catryn Picard, Présidente et chef de la direction de Nationex  

3. Gestion de la vie privée et protection des renseignements personnels — présidé par Elisa Henry, Associée chez Borden Ladner Gervais LLP.   

4. Gestion de l’expérience consommateur et de la relation client — présidé par Nathalie Larue, Première vice-présidente Stratégie, Marketing Mouvement et Services aux particuliers chez Desjardins.   

5. Sécurité transactionnelle et paiement — présidé par Gabrielle Cournoyer, Vice-présidente, Solutions de cartes et de paiements à la Banque Nationale.  

6. Capacités technologiques de commerce numérique — à venir. 

7. Origine québécoise des produits et des commerces — présidé par Véronique Proulx, Présidente directrice générale de Manufacturiers et Exportateurs du Québec. 

8. Communication marketing — présidé par Jean-Philippe Shoiry, Chef de la stratégie et cofondateur

Un site Web amélioré

Le directeur général du Panier Bleu en a aussi profité pour annoncer de nouvelles fonctionnalités disponibles sur le site Web : «Aujourd’hui nous vous présentons le site Web que nous aurions aimé vous présenter le 5 avril, si l’urgence n’avait pas été présente.»

Les entreprises ont désormais accès à des informations sociodémographiques sur les consommateurs dans un rayon d’un kilomètre de leur commerce. Ces données, compilées par la compagnie québécoise Anagraph, proviennent de Statistiques Canada. La compagnie québécoise HeyDay met aussi à disposition son outil de clavardage en direct. De plus, les commerçants pourront voir le profil des gens qui viennent voir leur fiche sur Le Panier Bleu. «Ça va leur permettre d’avoir une meilleure compréhension des consommateurs à proximité, et ainsi, leur permettre de mieux opérer leur magasin», précise M. Dumas.

Quant aux consommateurs, ils pourront effectuer des recherches par mots-clés, par catégorie et par localisation. Une carte interactive est désormais offerte aux usagers qui souhaitent géolocaliser les commerces locaux à proximité. «Le Panier Bleu, c’est plus qu’un simple mouvement pour favoriser l’achat local, c’est aussi un élan pour amener tout le secteur du commerce de détail québécois à se réinventer», estime M. Dumas

Victime de son succès, Le Panier Bleu a reçu plus de 2 millions de visites dans la première semaine de sa création. Dorénavant, on estime à plus de 100 000 Québécois qui visitent le site chaque semaine. À ce jour, 19 902 commerces y sont inscrits, dont 4000 n’avaient pas de visibilité numérique avant leur inscription sur Le Panier Bleu.