Le Massachusetts écarte le Northern Pass; Hydro-Québec toujours dans le coup

MONTRÉAL - Hydro-Québec devra passer par le Maine afin d'acheminer de l'énergie au Massachusetts dans le cadre de son important contrat d'approvisionnement sur 20 ans pouvant lui rapporter générer des recettes de plusieurs milliards de dollars.

L'État de la Nouvelle-Angleterre a décidé de tourner le dos au projet Northern Pass - dont les premières livraisons étaient prévues en 2020 - proposé par la société d'État et son partenaire Eversource mercredi.
On optera plutôt pour la ligne New England Clean Energy Connect, qui sera réalisée par la société Central Maine Power et Hydro-Québec, avec une mise en service prévue en 2022.
Le Massachusetts a confirmé la fin des négociations avec les promoteurs du Northern Pass, ajoutant que les pourparlers allaient continuer avec les sociétés derrière le New England Clean Energy Connect.
Hydro-Québec misait sur le Northern Pass, qui devait coûter 680 millions $ pour la portion québécoise et 1,6 milliard $ US au sud de la frontière, pour acheminer au Massachusetts annuellement 9,45 térawattheures (TWh) pendant 20 ans à compter de 2020.
Cette ligne de transmission s'est toutefois butée à la Commission d'examen du site au New Hampshire (NHSEC), qui a refusé de lui octroyer une autorisation essentielle.
Le New England Clean Energy Connect, évalué à environ 950 millions $ US aux États-Unis et dont la mise en service est prévue en 2022, nécessiterait la construction d'une ligne de transport au Québec jusqu'à la frontière avec le Maine.
Le tracé de 233 kilomètres en sol américain emprunterait le sud du New Hampshire pour rejoindre le Massachusetts. Au Québec, rien n'a encore été déterminé de ce côté.