Selon la plus récente étude Royal LePage, le nombre d’unités vendues dans le marché sherbrookois s’est accru de 20 à 25 %, selon le type d’habitations, alors que les prix sont demeurés relativement stables.

Le marché immobiler sherbrookois en ébullition

Le nombre de maisons vendues est en nette progression à Sherbrooke depuis les trois premiers mois de l’année, comparativement à la même période l’an dernier. Selon la plus récente étude Royal LePage, le nombre d’unités vendues dans le marché sherbrookois s’est accru de 20 à 25 %, selon le type d’habitations, alors que les prix sont demeurés relativement stables.

Selon cette étude, les maisons de plain-pied ont enregistré une légère hausse de 1,2 pour cent au premier trimestre 2019, tandis que les ventes de maisons à deux étages se sont accrues de 25 % pendant la même période.

« Ce qui est un peu paradoxal, c’est que le prix de vente moyen s’est stabilisé, et dans certains cas diminué, fait remarquer Jean-François Bérubé, dirigeant-propriétaire de Royal LePage Évolution. Cela nous permet de dire que les conditions du marché étaient réellement (favorables) à l’acheteur et qu’on avait un surplus d’inventaire comparativement à la demande », précise-t-il.

Selon M. Bérubé plusieurs facteurs expliquent l’effervescence du marché immobilier depuis le début du premier trimestre.

« Actuellement, le marché pour les premiers acheteurs est très actif, dit-il. Les millénaux laissent leurs traces, ce qui est très encourageant pour le marché immobilier. Les baby-boomers sont en transition. Ils quittent leurs maisons et se dirigent vers le locatif ou vers le condo. Donc, les deux générations permettent d’avoir de plus en plus de transactions sur le marché.

« Fait à noter, le taux de chômage est très bas dans la région de Sherbrooke, ce qui fait que la confiance des acheteurs est dans une excellente condition présentement. »

Évolution des prix

Selon M. Bérubé, ce n’est qu’une question de temps avant que les prix des maisons ne suivent lui aussi la tendance à la hausse.

« C’est vrai qu’on aurait pu s’attendre à une légère hausse des prix, compte tenu de la demande. Dans ce contexte, tout ce que je peux vous dire, c’est que pour les prochains mois, on s’attend à une hausse des prix, mais de façon relativement modérée. »

Selon les relevés effectués par Royal LePage, le prix médian pour une maison unifamiliale se situe actuellement autour de 218 000 $, alors qu’il est de 251 000 $ pour une maison de deux étages. « Il faut savoir que l’année dernière, à la même période, on sortait d’une légère augmentation des prix. On a donc eu une consolidation. »

Budget fédéral

Quant aux mesures annoncées dans le dernier budget fédéral visant à stimuler l’achat d’une première maison, celles-ci n’ont pas encore eu d’effets sur le marché sherbrookois, constate M. Bérubé

« Beaucoup de gens nous en parlent, mais comme les mesures ne sont pas encore effectives, on ne le sent pas beaucoup. Dans les grands centres, par contre, où l’accessibilité au crédit et à une première maison est plus difficile, on va probablement sentir une nette progression des marchés. Mais localement, comme le marché se porte assez bien, ça risque d’aider davantage la construction neuve pour les premiers acheteurs étant donné que les incitatifs sont plus avantageux pour les maisons neuves que pour les maisons usagées. »