Les propriétaires du Ciné-Parc Orford désirent vendre leur entreprise malgré une croissance des revenus au cours des dernières années.

Le Ciné-Parc Orford mis en vente

Les propriétaires du Ciné-Parc Orford désirent vendre leur entreprise malgré une croissance des revenus au cours des dernières années. Ils ont amorcé des discussions avec des employés intéressés à leur succéder, mais ils sont ouverts à d’autres propositions.

Le Ciné-Parc Orford appartient à Jean-Yves Martel et René Gazaille. Les deux hommes affirment avancer en âge et préfèrent planifier leur retraite plus tôt que tard. « On n’est pas pressés de vendre et on n’a pas l’intention de fermer. Mais on commence à vieillir et on veut se trouver de la relève. Un processus de vente, ça peut être long. Il vaut mieux y penser à l’avance », souligne le premier des deux hommes.

La saison en cours a été particulièrement satisfaisante pour les deux partenaires d’affaires. « Le ciné-parc a eu les meilleurs résultats depuis sa création il y a plus de 40 ans. La météo a été belle et le film Le roi lion nous a bien aidés », note M. Martel.

D’ailleurs, le duo d’hommes d’affaires songe sérieusement à doter le Ciné-Parc Orford d’un troisième écran et peut-être même d’un quatrième. Le troisième sera potentiellement ajouté dès le printemps grâce à un investissement qui avoisinerait 200 000 $.

« On a eu un bon été, mais on est en croissance depuis qu’on a acheté le ciné-parc. Entre autres, avec un ou deux écrans de plus, on pourrait améliorer l’offre pour notre clientèle locale régulière. Ces gens-là ont le goût qu’on ait plus de films à proposer. »

Selon l’annonce parue en ligne, les propriétaires de l’entreprise aimeraient obtenir tout près d’un million $ d’éventuels acheteurs. Situé en bordure de l’autoroute 10, le terrain sur lequel le Ciné-parc Orford est situé s’étend sur 26 acres en zone commerciale, industrielle et récréotouristique.

Jean-Yves Martel soutient que la population est davantage attirée par les ciné-parcs ces années-ci. « L’image sur les écrans est d’une très grande qualité aujourd’hui. Et puis on est en mesure de présenter des primeurs à notre clientèle. C’est plus intéressant encore que des films qui ont déjà été vus par plein de monde », affirme-t-il.