Le Bingo Abénaquis, qui doit quitter ses locaux actuels en raison de la construction du pont des Grandes-Fourches, pourrait déménager au Carrefour Dunant.

Le Bingo Abénaquis pourrait déménager au Carrefour Dunant

Le Bingo Abénaquis, qui doit se trouver un nouveau toit en raison de la construction prochaine du pont des Grandes-Fourches, pourrait déménager au Carrefour Dunant. Un amendement de zonage est nécessaire pour permettre l’usage de « centre récréatif » à cet endroit.

Martine Staehler, présidente du Regroupement des bingos de la région de Sherbrooke, précise qu’aucune entente n’est encore signée avec le Carrefour Dunant. « Nous ne sommes même pas à l’étape de l’offre d’achat. Nous vérifions l’état du bâtiment avant de faire une offre. »

Le processus règlementaire est néanmoins amorcé pour modifier le zonage et une consultation publique est prévue le 27 juin à 18 h 30, au 600 rue Thibault.

« Pour l’instant, c’est l’endroit qui répond le mieux à nos besoins. Puisque nous sommes un regroupement d’organismes communautaires, nous avons à cœur le développement du secteur. »

La conseillère du district d’Ascot, Karine Godbout, a pu rencontrer le Regroupement des bingos pour obtenir des réponses à ses questions. « Je ne m’oppose pas au projet. On a discuté de comment le projet pouvait amener une valeur ajoutée au quartier. On sait que le Carrefour Dunant a besoin d’être revitalisé. »

Clientèle fidèle

Dans des documents rendus publics par la Ville de Sherbrooke, il est mentionné que l’indice de défavorisation de l’Observatoire estrien du CIUSSS de l’Estrie pour les secteurs du Vieux-Nord et Sainte-Jeanne-d’Arc, soit le secteur Dunant, est semblable, même s’il est plus bas dans le secteur Dunant. On y lit que « la relocalisation [du Bingo Abénaquis] n’est pas garante d’une augmentation massive de sa clientèle du fait que le commerce se retrouve au centre d’une communauté moins favorisée selon l’Observatoire estrien. »

Karine Godbout se dit rassurée à ce sujet, même si des questions demeurent présentes à son esprit.

Martine Staehler, elle, mentionne que la clientèle du bingo vient de partout à Sherbrooke et qu’il s’agit d’une clientèle fidèle. « Les gens qui vont au bingo ne dépensent pas des sommes folles. Ils ont des petits budgets et s’y tiennent. C’est davantage une activité sociale pour eux. »

Si l’avis d’expropriation acheminé au Regroupement des bingos laissait entendre qu’il devait avoir quitté le bâtiment actuel pour le mois de septembre, il est maintenant convenu que les travaux pour la construction du pont des Grandes-Fourches ne commenceront pas avant le début de l’année 2020. L’organisation dispose donc d’un peu plus de temps pour organiser son déménagement. « Nous espérons que ça procédera rapidement pour que nous soyons fixés », dit Martine Staehler, qui n’est pas fermée à évaluer d’autres options.