La Ville de Magog lancera un nouvel appel d’offre en vue d’obtenir des plans et devis pour son projet au centre-ville.

L’année 2018 sera bien remplie à Magog

L’année 2018 devrait être bien remplie pour la Ville de Magog et ses élus. Pendant les 12 prochains mois, la municipalité espère faire cheminer significativement les dossiers de la revitalisation du centre-ville, de la construction de la future usine d’épuration d’Omerville, de la conversion de l’aréna et de la remise en état ou du déménagement de l’hôtel de ville.

Le conseil municipal de Magog a reçu une douche froide en 2017, quand il a pris connaissance des soumissions déposées pour le projet de revitalisation du centre-ville. Les coûts estimés par les soumissionnaires étaient nettement supérieurs aux prévisions, si bien qu’un retour à la table à dessin s’est imposé.

« Le premier gros projet qui me vient en tête, quand je pense à 2018, c’est celui de la revitalisation du centre-ville. En ce moment, on reprend chaque élément du projet de l’an dernier et on le réévalue en regardant toutes les possibilités. Ça avance bien et je pense toujours qu’on sera en mesure d’offrir quelque chose de très bien à la population », explique la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.

Pour faire diminuer la facture, la Ville de Magog a notamment revu l’échéancier de son projet et a choisi de retirer la portion des travaux qui concernait le parc des Braves, où des investissements ne seront effectués que plus tard.

« Il y a un peu de résistance au conseil quand il est question des choix à faire pour réduire les coûts. Moi-même je trouvais qu’on mettait un peu trop la hache dans ce qui était proposé à l’origine. Mais j’ai fini par comprendre que notre consultant en avait mis beaucoup. Personnellement, j’ai l’impression d’avoir été mal conseillée dans ce dossier » , explique Vicki-May Hamm.

À court terme, la Ville de Magog lancera un nouvel appel d’offres en vue d’obtenir des plans et devis pour son projet au centre-ville. Les travaux, quant à eux, ne commenceront pas avant 2019.

Un « casse-tête »

Par ailleurs, Mme Hamm admet que le « dossier de l’usine d’épuration des eaux d’Omerville est un gros casse-tête ». La future usine est attendue depuis de nombreuses années et sa construction, qui aura vraisemblablement lieu en 2019, permettra normalement de relancer le développement de secteur concerné.

« Les délais pour les subventions seront difficiles à respecter. En plus, on aura recours à un nouveau procédé de traitement, ce qui pose également un défi », reconnaît la mairesse, tout en assurant que le projet se réalisera en dépit des difficultés.

Pour la construction de son nouvel aréna, la Ville de Magog a choisi de s’associer à un organisme à but non lucratif qui deviendra gestionnaire de l’infrastructure. Cette façon de faire la dégagera de certaines responsabilités.

Cela dit, la Ville devra se pencher sur l’avenir de son aréna actuel au cours des mois à venir. On ignore pour le moment comment ce bâtiment sera transformé, mais plusieurs idées circulent déjà.

Finalement, les élus de Magog évalueront l’ensemble des options envisageables en ce qui concerne l’avenir de l’hôtel de ville, qui présenterait des problèmes importants. « Ses systèmes de chauffage, de ventilation et d’électricité sont arrivés à la fin de leur vie utile. Il y a différents scénarios sur la table et il faudra en choisir un dans les mois à venir. »