Les citoyens pourront se réapproprier les berges de la rivière.

L’ancienne usine Cascades d’East Angus disparaitra cet été

Le bâtiment qui abritait jadis l’usine de papier recyclé kraft sur les berges de la rivière Saint-François à East Angus sera démantelé cet été, faisant place à un espace pour les citoyens.

C’est un véritable emblème qui disparaitra du paysage angussien à compter de la mi-juin. L’usine de papier kraft a été construite en 1908 à la demande de l’industriel et fondateur de la ville, William Angus, sous le nom de Brompton Pulp and Paper, avant d’être achetée et rénovée par Cascades en 1983.

« On veut remettre les berges à la population, explique la mairesse Lyne Boulanger. On veut aménager quelque chose de beau, dont les gens pourront profiter. On travaille sur un nouveau plan d’urbanisme qu’on va présenter à la population à la mi-avril. On sait que la ville a beaucoup changé depuis le dernier plan (2001), c’est sûr qu’il faut se mettre à jour et aménager quelque chose de beau. »

La municipalité veut que les citoyens gardent un bon souvenir de l’usine et de tout ce qu’elle a apporté à la communauté depuis son implantation. « Il faut que le démantèlement soit bien fait, pour que les gens puissent garder un bon souvenir de Cascades. On veut qu’ils puissent s’ébahir devant l’héritage que Cascades a laissé, pas que ça soit laissé à l’abandon. On a de très beaux échanges avec Cascades. »

Le terrain a été obtenu par Graphic Packaging International lors de l’achat de l’usine en 2014 et l’entreprise en est toujours propriétaire, ce qui n’empêche pas la compagnie d’être ouverte à le mettre à l’usage de la population. « C’est sûr que le terrain appartient à Graphic Packaging, donc il restera à consulter avec eux pour la suite des choses. Ils sont invités à travailler sur notre nouveau plan d’urbanisme. »

Coopération exemplaire de Cascades

Même si le site appartient à Graphic Packaging, Cascades a gardé la responsabilité de superviser les travaux de démolition au moment de la transaction, selon le vice-président aux communications et affaires publiques de Cascades Hugo D’Amours. « La décision a été prise de démanteler le bâtiment. Les représentants de Cascades se sont assis avec les gens de la Municipalité pour discuter de la manière dont le démantèlement allait se faire. »

Il confirme que Cascades va assumer les coûts liés au démantèlement de l’ancienne usine, qui ne contient plus de machinerie. Le site est sécurisé et n’est pas contaminé, ce qui facilite les opérations de démantèlement ainsi que les projets qui pourraient y voir le jour.

« On a une très belle entente avec Cascades. Ils sont très soucieux de nos demandes et on apprécie beaucoup leur attitude », conclut la mairesse.