Alain Goupil

La Ville ne reculera pas pour les avis publics

La Ville de Sherbrooke n’a pas l’intention de revenir sur sa décision de retirer les avis publics des journaux pour les remplacer par des résumés publiés une fois par semaine. La présidente du conseil l’a confirmé à la suite d’une intervention du président du syndicat des employés de La Tribune, Alain Goupil, au conseil municipal lundi.

Précisons que les avis publics complets se trouveront à partir du 1er novembre sur le site internet de la Ville.

Sherbrooke choisit le web pour diffuser ses avis publics

« Cette décision du conseil municipal a provoqué énormément de réactions parmi les employés de La Tribune. Ces réactions allaient de l’indignation à l’incompréhension surtout » a indiqué M. Goupil en précisant que son syndicat représente 105 employés au sein de la section locale 1910 d'Unifor.

En septembre, le conseiller Pierre Tremblay avançait que le changement de la façon de faire de la Ville entraînerait une réduction de 40 000 $ des fonds versés à La Tribune pour les avis publics. Pierre Avard et lui avaient inscrit leur dissidence devant cette décision.

« Est-il possible pour l’administration municipale de revoir cette décision lors d’une rencontre avec les dirigeants de La Tribune pour voir comment maximiser les communications de la Ville avec les plateformes du quotidien? »

Nicole Bergeron a mentionné que « le 1er objectif que la Ville souhaitait atteindre en modifiant [ses] façons de faire, ce n’est pas la réduction du budget accordé à La Tribune, mais de mieux communiquer avec [ses] citoyens et de faire en sorte que l’information soit compréhensible et digestible. Quand le conseil a pris sa décision à majorité, il était confortable avec cette orientation. J’ai le regret de vous dire que nous ne reverrons pas cette décision. »

Mme Bergeron ajoute qu’une rencontre est déjà prévue entre le maire Steve Lussier et l’éditeur du quotidien, Alain Turcotte. 

« Je comprends que de façon subsidiaire, cette décision entraîne une diminution du budget à La Tribune, mais nous devons aussi prendre en compte l’intérêt du bien commun. Je peux comprendre que les gens que vous représentez aient pris ça personnel. Nous avons aussi considéré les citoyens. C’est aussi une bonne nouvelle pour les gens qui paient pour ces avis, qui voient leurs coûts diminués. Comme beaucoup de décisions que nous sommes appelés à prendre, il y a toujours des gens qui ne sont pas satisfaits. Il est impossible de plaire à tout le monde. »

La conseillère Évelyne Beaudin a précisé que la résolution concernant le changement dans la forme de publication des avis publics ne faisait pas état d’un budget précis. « La décision s’est prise strictement sur la façon de faire. Le conseil ne s’est pas prononcé sur combien d’argent on donne à La Tribune. » Mme Beaudin indique que le débat sur la question budgétaire pourrait avoir lieu plus tard.