Pierre Marcoux, directeur du PONT, organisme de justice alternatif, Philippe Cadieux, chargé de projet pour Well inc., direction générale adjointe -  relations avec la communauté à la Ville  de Sherbrooke, et Ève Lamond, réalisatrice du documentaire Le chantier des possibles, ont discuté du projet Well inc. avec des acteurs du milieu communautaire du centre-ville de Sherbrooke.

La méfiance du communautaire persiste envers Well inc.

Well inc. continue de susciter de la méfiance dans le milieu communautaire du centre-ville, qui cherche sa place dans cet ambitieux projet de développement économique.
Différents acteurs de ce milieu ont pu exprimer leurs inquiétudes dimanche à Philippe Cadieux, chargé de projet pour Well inc., direction générale adjointe - relations avec la communauté à la Ville de Sherbrooke, à l'occasion d'une table ronde organisée dans le cadre du Festival cinéma du monde de Sherbrooke.
La discussion prenait place après la projection de l'oeuvre Le chantier des possibles, un documentaire réalisé par Ève Lamont portant sur le combat des citoyens de Pointe-Sainte-Charles, à Montréal, contre l'embourgeoisement de leur quartier.
La table était mise pour un long échange sur l'avenir de la rue Wellington Sud.
M. Cadieux a commencé la discussion avec un bref exposé du projet ayant pour objectif de revitaliser ce tronçon du centre-ville laissé à l'abandon depuis plusieurs années.
Une travailleuse de rue sur la Wellington Sud, a témoigné de sa déception d'être consultée par la Ville rendue à cette étape du processus, et non au balbutiement du projet.
« C'est comme s'il fallait maintenant qu'on déforme notre identité pour fitter dans cette rue alors que l'on aurait pu réfléchir à ce projet ensemble. »
Elle a également souligné le fait que le nom, le logo et l'image véhiculée par Well inc., notamment dans sa vidéo de présentation, ne reflètent en rien la réalité des usagers actuels de la Wellington Sud.
« Dans tout ce qui est véhiculé jusqu'à maintenant dans ce projet, on n'existe pas. On nous dit qu'on est là, mais on ne se voit pas », a-t-elle exprimé.
M. Cadieux a tenu à la rassurer.
« Je ne veux pas faire un débat avec la question de l'image de marque parce que pour moi c'est l'impulsion du projet. Mais le projet va prendre forme avec les acteurs qui seront en place et je sens que c'est d'ailleurs la volonté de la Ville donc je vous invite à participer et à vous faire entendre », a-t-il répondu.
Espace à occuper
M. Cadieux a également souligné le fait que 33 % des superficies commerciales du centre-ville était vacant, ainsi que 20 % des lots.
« Il y a de la place pour accueillir des nouveaux joueurs. On ne veut pas déplacer les organismes déjà présents au centre-ville, on sait bien qu'ils ne déménageront pas à Rock Forest. Le but de Well inc. n'est pas de mener à une gentrification de l'espace, mais plutôt d'arriver à une mixité des usages et de revitaliser un pôle important de la ville. Il s'agit d'un investissement encadrant », assurait-il.
À quelques reprises, M. Cadieux a souligné l'aspect positif que ce soit la Ville qui soit derrière Well inc. et non un promoteur privé, ce qui a mené à deux interventions citoyennes.
« Pour moi, c'est pas parce que c'est la Ville que ça va tous et toutes nous représenter », a fait valoir une Sherbrookoise.
« Vous dites que c'est une bonne chose que ce n'est pas une entreprise privée qui mène le projet, mais je me demande quel est lien entre le citoyen et l'appareil municipal? » a questionné Étienne Plante, cofondateur de La Fabrique.
D'autres acteurs du milieu étaient présents pour la table ronde, dont Gilles Marcoux, directeur de Commerce Sherbrooke, Karole Forand, directrice générale de la Corporation de développement économique communautaire de Sherbrooke, et Pierre Marcoux, directeur du PONT, organisme de justice alternatif.
Ceux-ci ont tous parlé de l'importance d'avoir une rue Wellington inclusive.
Par ailleurs, notons que la consultation publique sur le plan particulier d'urbanisme (PPU) du secteur Wellington Sud, qui doit permettre le déploiement du quartier de l'entrepreneur Well inc., se tiendra mercredi à 19 h, à l'hôtel de ville.