Tenue du 25 au 27 octobre au Centre de foires du plateau Saint-Joseph, la 5e édition sherbrookoise de la Grande Braderie de mode québécoise était la dernière à cause du plafonnement de l’affluence.

La Grande Braderie de mode québécoise : « C’est le temps d’arrêter »

SHERBROOKE — La 5e édition sherbrookoise de la Grande Braderie de mode québécoise, qui se tenait du 25 au 27 octobre au Centre de foires du plateau Saint-Joseph, était la dernière. Le nombre de visiteurs est insuffisant pour que l’événement soit reconduit.

« Le nombre de visiteurs stagne à 3000 alors qu’on en accueille 31 000 à Montréal, 18 000 à Québec, 5000 ou 6000 à Gatineau. On a essayé, c’est le temps d’arrêter », explique Anne de Shalla, organisatrice de la Grande Braderie de mode québécoise. 

« En même temps, on a une partie de notre clientèle qui est très fidèle. Pour continuer de les desservir, on organisera des autobus pour que nos clients de Sherbrooke puissent venir nous visiter à la Grande Braderie de mode de Montréal ou de Québec. On ne les abandonnera pas. Ils en auront même plus pour leur argent », mentionne l’organisation, précisant que 130 designers participent à l’édition montréalaise de l’événement qui offre des rabais allant jusqu’à 80 pour cent des prix.

Trente-cinq exposants participaient à cette 5e édition alors qu’une soixantaine avait répondu à l’appel lors de la première édition de l’événement biannuel.

« J’avais annoncé que ce serait notre dernière présence à Sherbrooke et c’est pour cette raison que les exposants ont été moins nombreux à s’inscrire », note l’instigatrice.

« Est-ce que le Centre de foires de Sherbrooke est trop excentré? En même temps, il y a toujours du stationnement et en plus il est offert gratuitement. Il y a une multitude de restrictions pour les événements au Centre de foires, mais en même temps, c’est un bel endroit. Est-ce que le rapport à la mode est différent à Sherbrooke? Quel budget les gens consacrent-ils à la mode », demande Anne de Shalla, émettant différentes hypothèses pour expliquer l’intérêt mitigé des Sherbrookois pour l’événement.

« On a réussi à atteindre 5000 visiteurs lorsque le Centre de foires tenait un autre événement en même temps dans ses installations, mais j’imagine qu’il a été impossible de trouver un autre événement pour cette édition », précise-t-elle.

Rappelons que Sherbrooke avait son Salon de la mode de 2013 à 2015, d’abord organisé dans le sous-sol de la Cathédrale Saint-Michel puis au Centre sportif de l’Université de Sherbrooke. L’événement attirait entre 1000 et 1200 visiteurs par édition. Puis à l’automne 2016, la première édition sherbrookoise de la Braderie de la mode québécoise.