« Ce four est une bête de travail, de technologie et de régularité. En plus d'être écoénergétique, il permet un ajustement des courbes de cuisson à même un téléphone intelligent et une validation en temps réel », explique le propriétaire, Maxime Fabi.

La Brûlerie FARO achète «une bête de travail» de 700 000 $

Des investissements s'élevant à plus de 700 000 $ permettent à l'entreprise sherbrookoise Brûlerie FARO Roasting House d'augmenter sa capacité de production afin de répondre à une demande croissante.
Un tout nouveau four à torréfaction a été acquis afin d'accroître son efficacité. L'installation du nouvel équipement, qui est en activité depuis quelques semaines, a demandé à l'entreprise spécialisée dans le domaine du café, de repenser complètement son processus de production, annonce un communiqué de presse.
Le projet a engendré l'embauche de deux nouveaux employés, en plus de consolider 22 emplois. L'entreprise prévoit également l'ouverture de deux autres postes en 2017.
« Ce four est une bête de travail, de technologie et de régularité. En plus d'être écoénergétique, il permet un ajustement des courbes de cuisson à même un téléphone intelligent et une validation en temps réel », explique le propriétaire, Maxime Fabi.
« Il s'adapte aussi automatiquement à la quantité demandée. C'est un grand avantage pour notre style de production. Il garde tout de même ce côté artisanal personnalisé d'où se déploie tout l'art de la torréfaction. »
Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) a soutenu le projet d'achat de ce nouveau four, en lui accordant une contribution remboursable de 200 000 $.
Le processus de réaménagement a non seulement permis de récupérer 30 pour cent de sa surface de production, mais FARO en a également profité pour rendre son usine plus verte en travaillant un plan d'efficacité énergétique avec Gaz Métro.
« L'exemple de la Brûlerie FARO témoigne qu'une réflexion en amont d'un projet peut mener à des choix judicieux qui procurent une plus grande efficacité énergétique tout en étant source de croissance économique. Le choix de poursuivre avec le gaz naturel a permis à M. Fabi de bénéficier d'une source d'énergie qui lui amène non seulement des avantages économiques et environnementaux, mais du même coup, contribue à assurer le développement de son entreprise pour les prochaines années », mentionne Vincent Pouliot, chef de service, Marché du carbone et efficacité énergétique chez Gaz Métro.
« Dès 2001, Gaz Métro a été le premier distributeur d'énergie au Québec à se doter d'un plan global en efficacité énergétique qui propose des projets et un accompagnement de nos clients comme dans ce cas-ci. »
L'entreprise a aussi pu compter sur l'accompagnement du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) et de Sherbrooke Innopole.