La ministre Mélanie Joly était de passage à la Brasserie 11 comtés pour saisir le potentiel touristique de la région, elle qui table sur une politique nationale sur le tourisme pour stimuler l’industrie touristique canadienne destinée à faire rayonner les petites municipalités.

Joly évalue le potentiel touristique de la région

La ministre Mélanie Joly rencontrait les principaux acteurs du milieu touristique estrien afin de cerner le potentiel de la région en vue de la nouvelle politique nationale sur le tourisme, qui sera dévoilé à l’aube de la saison estivale.

Dans le cadre de sa tournée canadienne, la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de La Francophonie s’est arrêtée mardi à la Brasserie des 11 comtés de Cookshire-Eaton avec sa collègue Marie-Claude Bibeau pour discuter de stratégies pour stimuler le tourisme dans l’Haut-Saint-François ainsi que dans la Vallée de la Coaticook. 

« Le potentiel est énorme, en partie grâce aux gens extraordinaires et passionnés qui travaillent dans le milieu », a lancé d’emblée la députée d’Ahuntsic-Cartierville.

La politique nationale sur le tourisme vise à attirer plus de touristes dans les grandes villes, où les attractions pullulent, mais aussi de développer le potentiel des villages et des régions éloignées des grands centres.

« On essaie de trouver des pistes pour aider au développement de nos petites municipalités et ça passe par le tourisme. On sait que c’est fort l’été, mais on croit qu’on a le potentiel et les attractions pour étendre la saison touristique à l’hiver pour créer de bons emplois à l’année. Le réseau des Cœurs villageois en est un très bon exemple », a déclaré Mme Joly.

Les stratégies mises de l’avant par la ministre Joly pour développer le tourisme ont impressionné la directrice générale du Parc de la Gorge de Coaticook Caroline Sage, qui faisait partie des acteurs touristiques importants convoqués à participer à la table ronde. 

« J’ai bien aimé sa vision. Elle nous a donné des pistes vers lesquelles le gouvernement veut aller avec sa politique nationale sur le tourisme. C’est la première fois qu’on a une telle stratégie nationale pour le tourisme au pays. J’ai trouvé cela très intéressant et innovateur. La ministre connaît très bien le milieu et ses dossiers, donc c’est très prometteur et encourageant pour nous », a-t-elle confié à la suite de l’exercice. 

Pas d’inquiétudes

Les tensions diplomatiques qui s’accentuent chaque jour entre le Canada et la Chine tombent bien mal pour les industries touristiques des deux pays, qui avaient désigné 2018 comme l’Année du tourisme Sino-Canadien. Mme Joly a d’ailleurs dû annuler son voyage en Chine pour marquer la fin de cette année de collaboration dans la foulée des plus récents développements, mais croit que les bases d’une bonne relation touristique à long terme ont été jetées. 

« On est très fier des progrès qui ont été réalisés au cours de l’année. On a observé une augmentation de 7 % du nombre de touristes chinois au pays, plus de 600 000 d’entre eux sont venus au cours des 10 premiers mois. On voit notre relation touristique avec la Chine sur une longue période, donc on ne s’en fait pas trop avec cela », a déclaré la ministre du Tourisme.