L’entreprise Innotex a ouvert une nouvelle chaîne de production depuis le printemps en fabricant des blouses médicales de niveaux trois.
L’entreprise Innotex a ouvert une nouvelle chaîne de production depuis le printemps en fabricant des blouses médicales de niveaux trois.

Innotex: mettre la main à la pâte en temps de pandémie

Lilia Gaulin
Lilia Gaulin
initiative de journalisme local, La Tribune
Depuis le printemps, l’entreprise Innotex, qui produit des vêtements de protection contre les incendies, a ajouté une corde à son arc afin d’aider la société à combattre la pandémie de la COVID-19 en fabriquant des blouses médicales de niveau trois pour Santé Canada.

Si tout se déroule comme prévu, Innotex devrait avoir terminé son mandat de produire 100 000 blouses d’ici la mi-janvier 2021. « Au début de la pandémie comme toutes les entreprises, nous avons été affectés. Nous avons vu qu’il y avait des besoins sur le plan de la Santé publique. Nous avions les capacités donc nous nous sommes dit que nous allions développer le produit. Ensuite, nous avons obtenu un contrat de Santé Canada », explique le directeur général d’Innotex, Claude Barbeau.

Afin de réussir ce contrat, l’industrie a investi près de 225 000$ pour l’achat de nouveaux équipements. « Nous étions habitués à un certain niveau de production, mais Santé Canada nous exigeait beaucoup plus de scellage, donc nous n’avions pas assez d’équipements. Avant même d’obtenir le contrat, nous avons pris la décision d’acheter l’équipement requis », ajoute l’homme d’affaires.

Il était important pour Innotex de mettre la main à la pâte dans le contexte de la pandémie.

« Dans le but de conserver notre production et l’ensemble de nos employés, on s’est dit que nous allions développer les blouses avec des coutures scellées et réutilisables. Nous sommes allés dans les blouses haut de gamme comme nous connaissions déjà le scellage et les coutures. Rapidement, nous nous sommes développés et nous avons obtenu les certifications nécessaires », explique-t-il.

La fabrication de blouses médicales s’est ajoutée à la production déjà en place. « Tout en maintenant nos opérations, nous avons démarré cette nouvelle production. Nous avons embauché tous les gens que nous pouvions trouver. Ce n’était déjà pas facile avant la pandémie de trouver des couturiers et des couturières. C’est très très rare. Nous avons réussi à en trouver une dizaine malgré le contexte. C’est toujours un défi pour nous de trouver de la main-d’œuvre. »

Innotex possède une usine à Richmond, à Warwick et dans le sud des États-Unis. « Dans ce cas-ci, l’ensemble de la production s’est déroulé au Québec. Des sous-traitants nous aident également pour compléter la commande », souligne Claude Barbeau.

La direction de l’entreprise désire continuer dans le domaine médical une fois que le contrat avec Santé Canada viendra à échéance. « On aimerait continuer puisqu’on a mis beaucoup d’efforts et on a acheté beaucoup d’équipements. C’est toujours difficile de partir une nouvelle chaîne de production. Il faut établir les critères de qualité et former les gens notamment. Actuellement, nous avons un bon rythme de croisière et nous aimerions continuer. » 

Fermeture pour le congé des Fêtes

La direction d’Innotex a pris la décision de fermer ses portes à compter du 17 décembre prochain afin de permettre à ses employés de réaliser le confinement volontaire demandé par le gouvernement du Québec permettant de se rassembler du 24 au 27 décembre. « Les usines seront fermées. Nous avons décidé de permettre aux gens de s’isoler. Les horaires sont ajustés en conséquence d’ici là. On veut permettre aux gens d’assister à leur réunion de famille », conclut-il.