Rasé par un violent incendie en décembre dernier, le Domaine Eastman était situé en hauteur à Eastman. Ses clients avaient une vue imprenable en direction du mont Orford.

Incendie: le Domaine Eastman devrait renaître

Tout laisse croire que le Domaine Eastman renaîtra de ses cendres. Son propriétaire, Serge Thibaudeau, souhaite aller de l’avant avec un projet de reconstruction, mais il envisage de donner un nouveau visage à son établissement.

M. Thibaudeau affirme que son projet de reconstruction n’est pas encore parfaitement défini. Sa réflexion relativement à l’avenir de son établissement paraît néanmoins avancée, si bien qu’il envisage sérieusement d’amorcer une partie des travaux dès l’automne et planifie une réouverture vers la fin de 2020.

À LIRE AUSSI: L’avenir du Domaine Eastman incertain

« La piste qu’on regarde, en ce moment, c’est de créer un écovillage. Il y aurait un bâtiment principal avec un certain nombre de chambres et une série de chalets autour. Plusieurs choses pourraient être offertes à tout le monde dans le grand bâtiment: salle de yoga ou danse, cinéma, piscine, spa et plus encore », révèle le propriétaire du Domaine Eastman.

Le Domaine Eastman a été rasé par les flammes le 17 décembre 2018. Le bâtiment comptait 26 chambres et recevait régulièrement des groupes divers, grandes familles, équipes d’employés appartenant à une même entreprise, etc. L’âge de l’immeuble et sa structure n’ont laissé pratiquement aucune chance aux pompiers le jour de l’incendie.

Lui-même grand-père, Serge Thibaudeau indique que le futur écovillage en serait un trigénérationnel. « On entend souvent l’expression bigénérationnel, mais ce n’est pas suffisant dans ce cas-ci. Je voudrais que les enfants, les parents et les grands-parents soient tous bienvenus. D’ailleurs, on avait souvent des activités avec des gens de tous les âges à l’auberge avant », indique-t-il.

Preuve que le projet est sérieux, M. Thibaudeau a discuté à plusieurs reprises de celui-ci avec la municipalité d’Eastman au cours des derniers mois. Il a également eu des discussions avec des entrepreneurs ainsi que des clients potentiels.

La formule de gestion des éventuels chalets n’a pas été choisie encore. Mais il est probable qu’on les vende et que leurs propriétaires deviennent en quelque sorte partenaires du promoteur.

« C’est possible qu’on opte pour du financement participatif pour les chalets. Les gens qui les achèteraient profiteraient de différents avantages et services, mais ils accepteraient la location de leur chalet à des moments précis dans l’année pour nous permettre de recevoir des groupes plus grands. »

Serge Thibaudeau se montre convaincu que le projet qu’il caresse recèle un potentiel intéressant. « Beaucoup de gens de 65 ans et plus regardent pour ce genre de produit. Les gens veulent avoir un chalet, mais ils n’ont pas le goût de se retrouver isolés dans leur coin et puis ils désirent aussi avoir accès à des services pas trop loin », souligne-t-il.

« Quelques millions $ »

La réalisation du projet forcerait M. Thibaudeau à dépenser « quelques millions $ ». L’homme d’affaires ne peut être plus précis en ce qui concerne les coûts puisque les plans finaux n’ont toujours pas été dessinés.

« Pour avoir tout le financement nécessaire, on va également regarder du côté des ministères. On intégrerait des composantes écologiques innovantes et ça nous permettrait potentiellement d’être une sorte de démonstrateur. Ce serait plaisant de trouver de l’aide financière pour des aspects précis de notre projet », explique-t-il.

Revenant sur l’incendie du 17 décembre, Serge Thibaudeau laisse finalement entendre qu’il a mis derrière lui cet événement bouleversant. « C’est vrai qu’on a traversé de l’incertitude, mais la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Il faut penser à l’avenir et, justement, on sera en mesure de faire mieux qu’avant en reconstruisant. Notre ancienne bâtisse était vieille et avait ses défauts. On aura plus à offrir dans le futur. »

+ Un emplacement « mythique » pour le maire

Le maire d’Eastman, Yvon Laramée, espère que le Domaine Eastman aura une seconde vie. « Si cette auberge est reconstruite, ça comblera un besoin qu’on a présentement dans notre municipalité en matière d’hébergement », affirme-t-il.

Aux yeux de M. Laramée, les terrains qu’occupait le Domaine Eastman sont tout simplement « mythiques » et méritent d’être à nouveau mis en valeur. « Le bâtiment qui abritait cette auberge a été bien des choses au fil du temps. Il représentait une partie de notre histoire », lance-t-il.

Le zonage des terrains de l’auberge incendiée permet plusieurs types d’activité : hébergement, services de soins non médicaux personnels, table champêtre et plus encore.

« Le zonage nous convient bien pour le moment. Il nous donne la possibilité de réaliser plusieurs choses différentes. Au besoin, on pourrait aller vers une dérogation, si le zonage était trop restrictif pour notre projet. Mais on n’en est pas là », assure le propriétaire du Domaine Eastman, Serge Thibaudeau.

Au départ, le corps principal de l’auberge était une simple grange. L’ancien bâtiment de ferme a cependant changé de vocation il y a quelques décennies de cela. L’endroit a notamment appartenu au chanteur français Jean Rafa à une autre époque.