Avant même les mesures d’hygiène liées au coronavirus, les transactions en argent étaient en chute marquée partout au Canada. En 2019, celles-ci ne représentaient en effet que 0,9 de la valeur de toutes les transactions.
Avant même les mesures d’hygiène liées au coronavirus, les transactions en argent étaient en chute marquée partout au Canada. En 2019, celles-ci ne représentaient en effet que 0,9 de la valeur de toutes les transactions.

Fini l’argent comptant ?

Comptant ou par carte? Avant l’éclosion du coronavirus, la question faisait partie du rituel transactionnel de tout citoyen. Plus maintenant. La question est maintenant de savoir si la COVID-19 a sonné le glas de l’argent comptant? Une fois les mesures sanitaires levées, recommencerons-nous à payer nos achats en espèces?

Comptant ou par carte? Avant l’éclosion du coronavirus, la question faisait partie du rituel transactionnel de tout citoyen. Plus maintenant. La question est maintenant de savoir si la COVID-19 a sonné le glas de l’argent comptant? Une fois les mesures sanitaires levées, recommencerons-nous à payer nos achats en espèces?

Chose certaine, dans son plus récent rapport publié en décembre dernier, Paiements Canada constatait déjà que les paiements en espèces étaient en baisse marquée et que ce type de paiement ne comptait plus que pour 0,9 % de la valeur de tous les achats effectués par les Canadiens. 

À l’inverse, les paiements électroniques ont pour leur part explosé au cours de la dernière décennie. Tant et si bien qu’ils représentaient 73 % du volume total des opérations enregistrées au Canada.

Selon ce rapport, le volume de paiements sans contact (carte de crédit, débit ou appareil mobile) a fait un bond de 30 %. De ces transactions sans contact, 60 % se faisaient à l’aide de la carte débit. 

« Ces dernières années, pour la première fois, les Canadiens ont plus souvent utilisé les cartes de débit que l’argent comptant », notent les auteurs du rapport.

Virements en hausse

Comme partout ailleurs dans le monde, on assiste au Canada à une augmentation fulgurante du volume de virements en ligne liés au magasinage en ligne. Sur une période de 12 mois, de 2017 à 2018, le volume de virements en ligne a en effet bondi de 52 %. Dans la foulée, le volume de paiements par cartes de crédit a lui aussi radicalement augmenté de 52 %, de 2013 à 2018. Ce qui fait qu’aujourd’hui, « le Canada est le deuxième pays pour le nombre d’utilisations d’une carte de crédit par habitant, après la Corée du Sud », selon l’étude.

Les paiements par chèque et en espèces ne représentaient plus que 3 % du volume total des paiements en 2018. Il s’agit d’une diminution de 29 % au cours des cinq années. Ces types de paiements représentent toutefois 39 % de la valeur totale des opérations. Dans le cas des chèques, 70 % de ceux-ci sont maintenant encaissés par voie électronique sous forme d’image.

Plus d’un consommateur sur trois (35 %) utilise aujourd’hui un appareil mobile comme méthode régulière de paiement sans contact. Le rapport indique que l’utilisation d’un appareil mobile a moins augmenté que celle d’une carte sans contact. Selon les auteurs, « les doutes sur la sécurité demeurent le principal obstacle aux paiements mobiles », souligne le document et ce, malgré le fait que le tiers des utilisateurs jugent les paiements mobiles sans danger.


Nos transactions de tous les jours… en chiffres*

Débit : 6,1 milliards (256 milliards $) 

Crédit : 5,9 milliards (552 milliards $)

Transfert électronique : 2,9 milliards (4,9 trillions $)

Chèque et papier : 667 millions (3,9 trillions $)

Guichet automatique : 499 millions (68 milliards $)

Prépayées : 304 millions (18 milliards $)

Espèces : 4,5 milliards (92 milliards $)


*Source : Paiements Canada, rapport 2019