L’entreprise sherbrookoise Exonetik s'engage à développer le tout premier bras robotique avec actionneurs à fluide magnétorhéologique pour l’espace.

Exonetik va développer un bras robotique de l’espace

L’entreprise sherbrookoise Exonetik reçoit une aide financière de 200 000$ de l’Agence Spatiale Canadienne pour développer, au cours des deux prochaines années, le tout premier bras robotique avec actionneurs à fluide magnétorhéologique pour l’espace.

« Il y a un besoin retentissant d’avoir des actionneurs haute performance légers, fiables et bon marché, afin de permettre une meilleure interaction entre les humains et les équipements auxquels ils sont intégrés. Dans l’espace, les astronautes pourraient bénéficier d’un bras robotique à fluide magnétorhéologique conçu pour être utilisé lors d’activités comme le conditionnement physique ou la téléopération. Plus près d’ici, nous entrevoyons de nombreuses applications robotiques qui permettront d’interagir directement avec des robots chez soi », explique Josée Carignan, responsable stratégie et développement des affaires chez Exonetik, précisant que l’aide financière a été octroyée dans le cadre du Programme recherche et développement dans le domaine spatial.
Le développement
Fondée en 2013, Exonetik conçoit, développe et fabrique des actionneurs à fluide magnétorhéologique en vue de les intégrer à une grande variété de produits en collaboration avec des chefs de file des secteurs de l’aérospatiale, de l’automobile, du conditionnement physique et du médical. Comptant maintenant plus de 21 employés, Exonetik développe également ses propres produits pour les marchés de la robotique, des exosquelettes et de la réalité virtuelle.
L’entreprise n’en est pas à son premier projet dans le domaine de la robotique. Elle commandite, entre autres, un groupe de génie mécanique de l’Université de Sherbrooke pour un projet de téléopération. Ce projet vise à développer un bras maître qui pourra être manipulé par une personne dans un endroit donné tandis que les mêmes mouvements seront répliqués avec exactitude, en temps réel, dans un autre endroit.
Dans le cadre du programme CoRoM du CRSNG-FONCER, Exonetik réalisera également deux autres projets de robotique collaborative au cours des prochaines années.
« Nous voulons démocratiser les robots collaboratifs en leur permettant d’interagir physiquement de façon naturelle, efficace et sécuritaire avec les êtres humains », souligne Pascal Larose, PDG de l’entreprise.
L’enjeu du recrutement
Si le programme de génie robotique mis en place en 2016 par l’Université de Sherbrooke amènera davantage de candidats qualifiés, les enjeux de recrutement causés par la pénurie de main d’œuvre observée à travers l’ensemble de la province demeureront un défi de taille. Pour se différentier et attirer des candidats de choix, Exonetik est l’une des rares entreprise en démarrage à Sherbrooke à avoir mis en place un programme d’actionnariat pour employés permettant aux membres de l’équipe de profiter directement de la croissance de l’entreprise.
«Au-delà du programme d’actionnariat pour employés, nous mettons l’accent sur nos valeurs et notre culture d’entreprise collaborative et choisissons des candidats qui vont bien s’intégrer et grandir avec nous à long-terme», relate Brigitte Fortin, coordonnatrice administration et ressources-humaines.