Jean-Sébastien Plante, chef de la techgnologie chez Exonetik, explique le fonctionnement d’un mini manche actif à la députée de Compton-Stanstead et ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, dans l’atelier de l’entreprise situé dans les locaux d’Espace-inc.

Exonetik s’élance vers l’Allemagne

L’entreprise technologique sherbrookoise Exonetik s’apprête à débarquer en Allemagne.

La jeune pousse (start up) issue de l’écosystème de l’Université de Sherbrooke vient de recevoir une aide de 60 000 $ du programme fédéral CanExport afin de lui permettre de vendre sa technologie et son savoir-faire en Allemagne, l’un des châteaux forts de la haute technologie. L’aide a été annoncée jeudi par la ministre fédérale de l’Agriculture et députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau.

À LIRE AUSSI: Exonetik s’installera dans le parc industriel

Exonetik conçoit, développe et fabrique des actionneurs à fluide magnétorhéologique qui permettent entre autres de redonner aux pilotes d’avion et d’hélicoptère une rétroaction tactile sur le comportement de leur appareil.

« On a une belle technologie, mais cette aide va nous donner l’oxygène nécessaire pour nous déplacer et aller rencontrer clients qui vont être capables de payer pour obtenir notre technologie sur le territoire allemand », a expliqué le pdg d’Exonetik, Pascal Larose.

L’équipe d’Exonetik compte 25 employés, dont plus de la moitié est titulaire d’une maîtrise ou d’un doctorat. « On est donc capable de répondre d’égal à égal avec les Allemands d’un point de vue technique, précise M. Larose, même si c’est une société ultra avancée sur le plan technologique. »

Fondée en 2013, Exonetik est installée dans les locaux de l’incubateur-accélérateur Espace-inc de la rue Marquette, depuis 2015. Elle emménagera à la fin de l’année dans de nouvelles installations situées dans le parc industriel de Sherbrooke.

Aide à l’exportation

Outre Exonetik, l’entreprise Rackam, dont le siège social est situé au centre-ville de Sherbrooke, et qui possède une usine à Valcourt, a pour sa part reçu une aide de 42 500 $ du programme fédéral CanExport.

Fondée en 2009, Rackam se spécialise dans la récupération de la chaleur solaire afin de l’appliquer à divers procédés industriels. Ses solutions solaires aident les entreprises à être moins dépendantes des énergies fossiles. En plus du Canada, Rackam est impliquée dans divers projets, notamment au Brésil, au Maroc, aux États-Unis, en Grèce, en Espagne et au Portugal.

Enfin, le fabricant de quais flottants Candock s’est vu remettre une somme de 10 800 $ du même programme.