Le prix de l’essence est à la baisse dans la région, mais pourrait l’être davantage s’il suivait le mouvement observé ailleurs au Québec, note le CAA-Québec.

Essence: des marges trop élevées, dit le CAA

SHERBROOKE — « Le prix d’achat à la rampe fluctue tous les jours. Ce n’est pas normal que celui à la pompe en Estrie ne bouge pas plus souvent. C’est choquant. »

Annie Gauthier, conseillère en communication au CAA-Québec, réagit de cette façon quand on lui demande d’analyser le marché du carburant dans la région de Sherbrooke. Selon elle, le prix de l’essence est à la baisse dans plusieurs autres régions de la province, mais celui de l’Estrie ne semble pas vouloir suivre le mouvement dans la même proportion.

Lire aussi: Le prix de l’essence est à la baisse, mais pas encore «réaliste»

Hausse du prix de l’essence dans la région de Montréal

« Les marges des détaillants sont beaucoup plus élevées en Estrie qu’ailleurs au Québec. Par exemple, les prix se sont ajustés dans la région de Montréal depuis deux semaines. On n’a pas vu ça dans la région de l’Estrie », fait-elle remarquer.

« Est-ce que les stations-service ont vendu à perte longtemps et là elles veulent se refaire? On peut poser la question. On ne veut pas empêcher les détaillants de faire de l’argent, mais les marges de profit doivent être raisonnables. Actuellement, les prix ne sont pas du tout à l’avantage des automobilistes. »

Rappelons qu’un mouvement à la baisse s’est amorcé la semaine dernière dans la région estrienne. Des détaillants affichent 1,29 $ le litre pour le carburant ordinaire. Toutefois, selon les estimations faites par le CAA-Québec, le prix devrait se situer à 1,23 $ pour être « réaliste ».

Dans plusieurs régions québécoises, le prix moyen à la pompe est inférieur ou comparable au prix réaliste CAA-Québec.

« Il y a quelqu’un qui abuse dans la région de l’Estrie, intervient Mme Gauthier. Ce qui se passe en Estrie est difficile à expliquer. Pour nous à CAA, ce qui se passe en Estrie, c’est reconnu comme une problématique depuis des années. »

« Les détaillants ne sont pas obligés de s’appeler pour garder leurs prix élevés. Personne ne lance de mouvement à la baisse et le prix reste stable pour longtemps. Si quelqu’un peut me contredire, je vais être bien contente de l’entendre... »