Les dirigeants des stations de ski de la région et du Québec tout entier rêvaient depuis longtemps de voir le gouvernement du Québec leur venir en aide de façon concrète et significative. Elles ont enfin l’impression d’avoir été entendues.

Enfin de l’aide pour les stations de ski

Les dirigeants des stations de ski de la région et du Québec tout entier rêvaient depuis longtemps de voir le gouvernement du Québec leur venir en aide de façon concrète et significative. Elles ont enfin l’impression d’avoir été entendues.

Le gouvernement du Québec avait déjà annoncé un plan pour aider l’industrie du tourisme hivernal il y a quelques mois de cela. Et, vendredi après-midi, la ministre du Tourisme du Québec, Julie Boulet, a dévoilé le support financier qui sera bientôt accordé à une série de stations, dont Mont Orford, Ski Bromont et Mont Sutton.

Ayant traversé une longue période de turbulences entre 2006 et 2011, la station Mont Orford recevra une subvention de trois millions $ de la part du gouvernement provincial. Cela lui permettra de réaliser des investissements totalisant environ 11 millions $.

L’argent qu’injectera la Corporation ski et golf Mont-Orford servira à l’achat de nouveaux équipements d’enneigement, à l’agrandissement du chalet du Mont Orford ainsi qu’à l’amélioration des infrastructures pour la tenue d’événements divers sur place.

«On voulait obtenir trois millions $, soit le maximum qu’on pouvait demander dans le cadre du nouveau programme, a révélé Jacques Demers, président de la corporation. C’est émotif pour moi, cette annonce. Ça fait six ans qu’on attendait ce genre de chose.»

M. Demers a enchaîné en soulignant que le mont Orford constitue une belle «destination» non seulement pour les Québécois, mais aussi pour les Ontariens et les Américains. Il a de plus remarqué que l’industrie du ski «contribue au développement de saines habitudes de vie au sein de la population» en attirant des gens à l’extérieur en saison hivernale.

Pour sa part, Ski Bromont mettra la main sur une subvention de 1,5 million $. Cet argent l’aidera à remplacer un de ses plus importants télésièges. «Notre remontée principale deviendra un télésiège six places débrayable», a noté son grand patron, Charles Désourdy.

Finalement, Mont Sutton empochera 1,6 million $, dont approximativement 500 000 $ en subvention. «On désire améliorer notre système d’enneigement et diversifier notre offre d’activités», a indiqué Jean-Michel Ryan, président-directeur général du Mont Sutton.

La ministre à Orford

Lors d’une conférence de presse tenue à Orford vendredi, Julie Boulet a admis que les centres de ski de la province avaient peu reçu d’aide financière de la part de Québec ces dernières années. Elle juge qu’il était temps de poser un geste afin de mieux les supporter.

«Je suis une fille des régions, a lancé Mme Boulet pour expliquer ses motivations. Je sais qu’on a déjà un bon tourisme estival, mais je considère qu’il faut développer sur 12 mois pour avoir un impact économique maximum.»

La ministre du Tourisme a également plaidé que le Québec est en mesure de séduire les amateurs de ski du reste du monde malgré que les stations existant sur son territoire soient généralement plus petites que celles qu’on retrouve dans l’Ouest américain ou dans les Alpes, en Europe. L’accueil chaleureux des Québécois serait un de ses atouts.

«Partout sur la planète, il y a 1,2 milliard de touristes internationaux et ce nombre est en constante hausse, a fait valoir la ministre Boulet. Il faut saisir l’opportunité qui est devant nous en nous assurant d’être une destination de choix en hiver. Les touristes étrangers sont les plus payants en raison des retombées qu’ils génèrent quand ils nous visitent.»

Quelques intervenants présents à la conférence de presse ont salué le travail de la ministre du Tourisme. «C’est une femme convaincante. C’est elle qui a redonné de l’intérêt pour notre industrie au gouvernement», a déclaré Charles Désourdy.
Le président de l’Association des stations de ski du Québec Jean-Michel Ryan a par ailleurs rappelé que les centres de ski ont un effet bénéfique sur l’économie. «Par exemple, ils ont des retombées en matière d’hébergement et ils contribuent à hausser la valeur des maisons dans leur région respective», a-t-il souligné.

Le président de la Corporation ski et golf Mont-Orford, Jacques Demers, a accueilli avec satisfaction l’aide de trois millions $ annoncée par la ministre du Tourisme Julie Boulet, vendredi à Orford, en compagnie du député d’Orford Pierre Reid. L’aide de Québec servira à l’achat de nouveaux équipements d’enneigement, à l’agrandissement du chalet du Mont Orford ainsi qu’à l’amélioration des infrastructures pour la tenue d’événements divers sur place.